1.28.2015

On évalue les offres de bourse à l’étranger

By Sorèle GUEBEDIANG, Cameroon Tribune
C’est à l’occasion des assises de la coopération académique internationale du Minesup qui se tiennent depuis mardi à Yaoundé.
S’il y a un problème auquel les étudiants boursiers camerounais à l’étranger font très souvent face, c’est celui des conditions de vie et d’accueil. A ce jour, 400 étudiants camerounais sont bénéficiaires de bourses d’études. Ces offres sont issues de la coopération avec l’Algérie, l’Australie, le Bangladesh, le Canada, la Chine,
le Cuba, l’Egypte, la Grande Bretagne, le Maroc, la Macédoine, la Russie, la Suisse et la Tunisie.
C’est pour faire une évaluation des offres reçues depuis des années à travers les pays amis et organismes donateurs que le ministère de l’Enseignement supérieur (Minesup) organise depuis hier à Yaoundé, les Assises de la coopération académique internationale. A l’ouverture de cette rencontre des experts par le secrétaire général du Minesup, Ngomo Horace Manga, il a été question de passer au peigne fin certains paramètres mal-exploités dans l’attribution de ces bourses, notamment en matière d’offres de formation. « Puisque l’ambition de notre pays, c’est de devenir pays émergent à l’horizon 2035, il est important pour les experts de redéfinir les domaines de formation en matière d’offres de bourses », a expliqué Wanah Litumbe, directeur de l’assistance des œuvres universitaires au Minesup.
Pour la réussite de l’émergence du Cameroun, les domaines de formation mettent l’accent sur la médecine, le droit, la pharmacie, le commerce, l’agriculture, les télécommunications, l’informatique, l’économie, le tourisme et les politiques publiques. Au Minesup, l’on regrette le fait que les postulants soient souvent sous-informés en matière d’offres disponibles. « Nous les invitons à visiter le site web du ministère. Pour les critères, il faut tout simplement être Camerounais ; avoir le baccalauréat avec une bonne mention plus les conditions de base en référence du type de baccalauréat ou du GCE Advanced level » pour Jean Bosco Etoa Etoa, conseiller culturel du Haut Commissariat du Cameroun au Canada, il faut faire attention aux spots publicitaires relatifs aux études dans ce pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire