12.14.2014

Le Nigérian Tony Elumelu veut accompagner et financer des startups camerounaises

Le Nigérian Tony Elumelu veut accompagner et financer des startups camerounaisesLes opérateurs économiques camerounais, détenteurs de projets de création d’entreprises dans des secteurs porteurs, ou encore les jeunes entrepreneurs dont les entreprises rencontrent des difficultés de financements, peuvent désormais se retourner vers la Fondation Elumelu, qui vient de lancer un programme doté de 50 milliards de francs Cfa (100 millions de dollars),
pour accompagner et financer 1000 startups africaines sur une période de 10 ans.
C’est en effet le 1er décembre 2014 à Lagos, que l’homme d’affaires nigérian Tony Elumelu (photo), à travers sa Fondation, a annoncé le lancement de ce programme pour «former, financer et accompagner la nouvelle génération d'entrepreneurs» des 54 Etats d’Afrique. Baptisé Tony Elumelu Foundation Entrepreneurship Program (TEEP), ce programme est  doté de 100 millions de dollars. L’objectif affiché est d’accompagner 1000 startups et jeunes entreprises, en vue de  créer 1 million de nouveaux emplois et 10 milliards de dollars (500 milliards de FCfa) de revenus annuels, selon le  communiqué publié à cet effet par la Fondation Elumelu.
«Ce programme offrira une opportunité structurée et pluri-annuelle permettant d'accéder au financement, à la connaissance et, ce qui est sans doute encore plus important, à du mentorat, à une échelle jamais vue auparavant en Afrique. Voici notre opportunité de faire monter en puissance une génération», a déclaré Tony Elumelu. Le patron de Heirs Holdings a précisé que l'Afrique doit créer 10 millions d'emplois par an,  indiquant  que les gouvernements et les grandes entreprises ne peuvent pas le faire seuls.
La sélection des projets éligibles au financement par le programme TEEP pour 2015 débutera le 1er janvier et s'achèvera deux mois plus tard.  Elle se déroulera entièrement en ligne (sur le site de la fondation: www.tonyelumelufoundation.org/TEEP), dans trois langues : anglais, français et portugais.
Le programme est  ouvert aux entrepreneurs des 54 du continent, mais pas à ceux créant à l'étranger des entreprises consacrées à l'Afrique. «Vous devez travailler, respirer, croître en Afrique», a insisté Parminder Vir, directrice du TEEP, à l'occasion du lancement officiel du programme à Lagos. Tous les secteurs sont concernés à l'exception des institutions de recherche, des organisations religieuses, des négociants, des sous-traitants auprès des gouvernements.
Les entreprises doivent avoir moins de trois ans d’existence. Un comité de sélection choisira les mille entreprises les plus prometteuses.  Ce comité est composé, entre autres,  de Tony Elumelu, Ory Okolloh (directrice des investissements d'Omidyar Network en Afrique), Ayodeji Adewunmi (co-fondateur du site d'emploi Jobberman), Vera Songwe (directrice pour le Sénégal, le Cap Vert, la Gambie, la Guinée Bissau et la Mauritanie à la Banque mondiale) et Opunimi Akinkugbe, dirigeante de la société panafricaine de jeux Bestman Games.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire