International Sugar Company SA engage la concurrence avec Sosucam, filiale camerounaise du français Somdiaa

International Sugar Company SA engage la concurrence avec Sosucam, filiale camerounaise du français SomdiaaLes consommateurs verront bientôt apparaître dans les rayons des grandes surfaces les nouvelles boîtes de sucre mises sur le marché par la société de droit camerounais International Sugar company SA (Insuco).
L’entreprise a en effet été autorisée par le gouvernement du Cameroun à produire du sucre en morceaux et en bûchettes depuis janvier 2016. Elle dispose d’une usine de transformation et de commercialisation de sucre de canne raffinée, basée dans la ville de Douala depuis décembre 2015. Cet outil de production
va démarrer avec une capacité de production de 25 tonnes par jour pour le sucre en morceaux qu’il prévoit de porter à 75 tonnes d’ici janvier 2017 et 20 tonnes par jour pour le sucre en bûchettes. Insuco SA revendique des partenariats mondiaux à l’instar du groupe international suisse Louis Dreyfus.
Le nouvel opérateur sucrier ambitionne même dans un avenir prochain d’étendre ses activités dans toute la sous-région CEMAC. Ce qui fera une petite concurrence à la Société sucrière du Cameroun (Sosucam), filiale locale du français Somdiaa qui, néanmoins, reste « un géant » comparativement au nouveau venu grâce à une capacité de broyage de 1,5 millions de tonnes de cannes à sucre par an pour une production installée de sucre 150 000 tonnes.
Leader du secteur sucrier au Cameroun, Sosucam dispose sur le site de Mbandjock d’une unité moderne d’une capacité de 100 tonnes de cannes à sucre (Tc)/heure. A, Nkoteng la production est de 220 Tc/heure.
Source: (Investir au Cameroun) 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

30 Most Promising Young Entrepreneurs In Africa 2014

Course: Entrepreneurial and Small Business Development Strategies

Créer une entreprise individuelle au Cameroun

Cameroun: la nouvelle Loi de Finances 2012

Cameroon:Le budget programme comme atout

Frida Owinga’s seven tips for entrepreneurs wanting to be the next Dangote