Entrepreneuriat jeunesse: les visages des réussites au Cameroun

...Face au chômage, à la discrimination et l’isolement, les jeunes sont deux fois plus nombreux à vouloir se mettre à leurs propres comptes.
 
L’informel représente ainsi un énorme vivier pour eux, tellement il regorge d’opportunités. Olivier N., installé à Mokolo Elobi à Yaoundé, est propriétaire de son taxi depuis un an. « Devenir chef d’entreprise était mon rêve d’enfant. Orphelin à 10 ans, je n’ai pas pu poursuivre mes études qui s’annonçaient pourtant brillantes. Je me suis essayé au petit commerce avant de me lancer dans le transport », avoue-t-il. Pour réaliser son projet, il a pris un taxi à crédit chez un importateur compréhensif. « La voiture coûtait 1.500.000 Frs. Grâce à ma tontine, j’ai avancé 300.000 Frs et j’ai payé le reste en traites pendant deux ans. Aujourd’hui, je suis bien. Depuis un an, j’ai acheté un lopin de terre et j’ai commencé à construire », affirme le taximan, 32 ans au compteur.
Il ne faut pas se leurrer : le parcours vers l’auto-emploi est difficile pour un jeune sans ressources, avec ou sans diplômes. « On n’a pas de réseau d’information, pas d’équipements, ni de financements. Il faut souvent partir de rien du tout. La volonté y est cependant et c’est ce qui compte », assure Line A. qui a monté une petite structure de fabrication artisanale de jus de fruits. Sa cible ? Les restaurants. Une vingtaine est enregistrée dans son carnet d’adresses. « Très vite, je me suis retrouvée aussi avec les commandes de particuliers pour les fêtes familiales. D’une centaine de bouteilles que je livrais par semaine, je suis actuellement à 1000. J’ai dû faire appel à deux personnes. Dans mon cas, le téléphone arabe a bien fonctionné », estime Line A.
Il est donc clair qu’en matière d’auto-emploi, nul n’est besoin de voir les choses en grand pour un début. Souvent, la solution se trouve à proximité. Il suffit d’être attentif aux besoins de l’heure.
Extraits de Yvette Bikelé, Cameroon Tribune 09/02/2012

N'hésitez pas à prendre attache, sur ce sujet, avec le Réseau Conseils pour Entreprendre au Cameroun, qui s'est donné pour mission de promouvoir la culture entrepreneuriale et l'entrepreneuriat durable, sous toutes ses formes, comme moyens privilégiés pour assurer le plein développement durable de toutes les régions du Cameroun et éventuellement d'ailleurs.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

30 Most Promising Young Entrepreneurs In Africa 2014

Course: Entrepreneurial and Small Business Development Strategies

When to Invest in Your Weaknesses (and When to Save Your Time and Energy)

Créer une entreprise individuelle au Cameroun

Cameroun: la nouvelle Loi de Finances 2012

Cameroon:Le budget programme comme atout

Frida Owinga’s seven tips for entrepreneurs wanting to be the next Dangote