8.05.2016

Nécrologie: il s’appelait André Fotso et la promotion de la culture entrepreneuriale prend un coup

andre-fotsoPar Alliance NYOBIA, Cameroon Tribune
Le président du Gicam, capitaine d’industrie, est mort à Paris ce mardi 2 août à presque 58 ans.
André Fotso n’est plus. Né le 8 août 1958 à Bandjoun dans la région de l’Ouest, le président en exercice du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), élu en 2012 et réélu en 2015, a rendu l’âme dans la nuit du mardi 2 août 2016 à Paris. L’homme a finalement perdu le combat qui l’opposait à la maladie depuis quelques années. Le grand capitaine d’industrie était apparu
amoindri ces derniers mois. Mais si le corps montrait des signes de faiblesse, la même volonté d’aller de l’avant semblait l’animer dans le cadre de ses activités au sein du patronat. Peu à peu, il avait dû renoncer aux réunions, assises et autres importants rendez-vous organisés au siège du Gicam à Douala. De sources proches de la famille, son état de santé avait nécessité une évacuation en France en début d’année.
Depuis hier, une pluie d’éloges sur Internet, et notamment les réseaux sociaux, salue la mémoire et l’œuvre d’André Fotso, qualifié par certains de bâtisseur visionnaire. Selon des informations fournies par le Gicam, c’est nanti d’un 3e Cycle en Sciences de Gestion obtenu à l’université Lyon II qu’André Fotso revient au Cameroun en 1982 – il était parti du pays en 1977 pour études. Il débute sa vie professionnelle au sein de la compagnie Batoula comme contrôleur de gestion. En 1985, il intègre la multinationale Rhône Poulenc, spécialisée dans les produits chimiques, comme directeur administratif et financier pour l’Afrique centrale. En 1991, poussé par le désir d’entreprendre, il négocie son départ de la multinationale et se lance.
La même année, André Fotso crée 3T Cameroun, pour le transport, le transit, l’acconage, la manutention et la consignation. En 1993, il lance Fme-gaz, entreprise de production des gaz industriels. D’autres structures verront le jour : SCPI dans l’immobilier, Sampo-Cameroun dans l’informatique, etc.
On retiendra aussi du président André Fotso, ce souci constant pour la croissance économique du Cameroun. Son leitmotiv dès son arrivée à la tête du mouvement patronal. Hier, une réunion du comité exécutif du Gicam s’est tenue au siège du mouvement. Dans le communiqué rendu public au terme de celle-ci, l’organe « adresse ses condoléances à la famille du défunt et au monde économique national et international, qui perd ainsi un rassembleur, un bâtisseur et une personnalité engagée et dévouée à la cause de l’entreprise ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire