7.28.2016

Le Cameroun peut-il reculer pour la Mise en œuvre de l’APE d’étape?

Par Josiane TCHAKOUNTE, Cameroon Tribune
A Libreville le 22 juillet, la sous-région a suggéré que le pays reporte la date du 04 août.


Résultat de recherche d'images pour "Comité ministériel des négociations APE (COMINA)"
Après lecture du rapport du Comité ministériel des négociations APE (COMINA) Afrique centrale-Union européenne (UE) tenue le 22 juillet dernier à Libreville (Gabon), il paraît évident que le Cameroun sera seul le 04 août prochain pour le démantèlement tarifaire. Au moins pour deux raisons. La première, c’est déjà le fait que des scénarii en cas de non-conclusion d’un APE régional, six au total, aient été analysés durant ces assises. La deuxième, c’est la recommandation de surseoir au démantèlement tarifaire du 04 août pour lequel le Cameroun se prépare, faite par les ministres. Ces derniers ont d’ailleurs proposé que le parrain des négociations (Ali Bongo Ondimba, président du Gabon) entreprenne des démarches auprès du Cameroun, de concert avec la partie européenne dans ce sens, jusqu’à la conclusion d’un accord régional.

Première remarque, aucune date ni délai ne sont avancés par les ministres pour la conclusion de cet APE régional complet. De plus, dans une lettre de la Commission européenne adressée au président de la CEMAC, Pierre Moussa, les commissaires soulignent que  « les progrès accomplis jusqu’à présent sont peu nombreux, que la liste des questions restant ouvertes est longue, que les points de désaccord sont importants, et par conséquent, que  l’issue d’une reprise des négociations est incertaine ». D’après les informations obtenues auprès de certains membres du COMINA, l’UE n’est prête à reprendre les négociations que si les autres pays de la sous-région adhèrent à l’accord du Cameroun. Accord dont la vocation est, selon eux, « clairement régionale » et permettra « à tout pays ou groupe de pays de bénéficier rapidement des avantages d’un APE ».

Si certains experts trouvent pertinente, la proposition de différer la date du 04 août prochain, ils ajoutent néanmoins que cela mettrait le Cameroun en porte à faux face à ses engagements vis-à-vis de l’UE. Car, qui dit accord, dit promesse, surtout obligation à tenir par l’une et l’autre partie. De plus, l’APE d’étape ratifié par le Cameroun étant présenté comme modèle à suivre, il se pose la question de savoir quels bénéfices le pays aurait-il à s’en défaire ? La réunion de ce samedi à Malabo entre les chefs d’Etat de la CEMAC devrait certainement permettre d’avoir des réponses. D’ici là, les experts qui ont travaillé sur ce dossier pensent qu’au plan technique, le Cameroun est prêt pour le 04 août prochain. Le démantèlement pourra commencer avec les produits du groupe I. Mais cela, ne se fera pas sans les règles d’origine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire