4.25.2016

Les enjeux de la normalisation

Par Rita DIBA, Cameroon Tribune
Résultat de recherche d'images pour "enjeux normalisation"C’est l’un des défis de la troisième semaine nationale de la qualité lancée hier à Douala.
L’entrée en vigueur prochaine des Accords de partenariat économique avec l’Union européenne et l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035, deux grandes perspectives dans lesquelles s’inscrivent les défis de la normalisation. Charles Booto A Ngon, Directeur général de l’Agence des normes et de la qualité (ANOR) a tenu à le rappeler
lors de l’ouverture de la troisième édition de la Semaine nationale de la qualité (SENAQ), hier 21 avril 2016 à Douala, alors qu’il présentait les enjeux de la normalisation. Perspectives dans lesquelles devront tout autant s’inscrire les échanges, qui auront l’obligation de prendre en compte la nécessaire intégration économique du Cameroun dans la sous-région.
Cette édition, placée sur le thème « Normes et évaluation de la conformité au cœur des stratégies de création des richesses et de l’emploi », vise plusieurs objectifs. Il s’agit notamment de promouvoir efficacement les produits camerounais vers les pays voisins et au-delà, offrir à l’ANOR et aux partenaires économiques nationaux une vitrine sous-régionale de promotion de leurs activités respectives, sensibiliser les producteurs locaux et les administrations concernées sur la nécessaire protection de l’industrie locale.
En rapport avec ces différents points, dans son allocution de lancement officiel, Ernest Gbwaboubou, ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, représentant le Premier ministre, chef du gouvernement, a précisé : « Je sais que les PME/PMI éprouvent des difficultés à mobiliser des ressources nécessaires à la mise en œuvre des démarches-qualité dans leurs stratégies. C’est pourquoi l’Etat a créé le Bureau de mise à niveau avec la contribution des partenaires au développement et l’ANOR pour accompagner ceux qui le souhaitent dans la mise en place des procédures d’amélioration continue pour gagner en performance ». Le MINMIDT a, en plus, exhorté l’ANOR à multiplier les lieux de sensibilisation et de promotion des démarches-qualité en vue d’une excellence opérationnelle. Surtout que l’organisme souhaite instaurer une culture-qualité.
Les acteurs du secteur devront aussi garder à l’esprit un point très important : la santé et la sécurité des consommateurs. Dans ce sens, Ernest Gbwaboubou a officiellement lancé le Programme d’évaluation de la conformité avant embarquement des marchandises importées en république du Cameroun (PECAE). Dans les prochains jours, les chancelleries recevront toute la documentation du Programme afin de la mettre à la disposition de tous les principaux partenaires commerciaux du Cameroun. Occasion de faire comprendre aux acteurs nationaux et internationaux que « le Cameroun ne sera pas le dépotoir des produits importés de mauvaise qualité et nos producteurs locaux ne seront pas tributaires des matières premières de seconde zone », a conclu Ernest Gbwaboubou.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire