4.19.2016

Des ports français vantent leurs atouts

Par JB. KETCHATENG, Cameroon Tribune
Résultat de recherche d'images pour "Des ports français Havre, Rouen et Paris vantent leurs atouts"Le Havre, Rouen et Paris suggèrent aux entrepreneurs d’import-export de mieux recourir à leurs services.
Des représentants d’entreprises qui commercent avec l’Europe ont été conviés jeudi dernier, 14 avril 2016, à une redécouverte dans les salons feutrés d’une salle de réunion au bord du Wouri à Douala. C’est dans ce cadre près de la zone portuaire que le groupement d’intérêt économique
des ports du Havre, de Rouen et de Paris vantait les qualités de cet ensemble d’infrastructures qui a pris le nom d’Haropa. Il prétend, ont annoncé ses émissaires, démontrer aux importateurs et exportateurs locaux qu’en tant que premier port français, il offre des solutions adéquates pour réaliser au mieux leurs opérations du commerce extérieur.
Pour capter le trafic des conteneurs de fruits « très appréciés » par le consommateur européen, de bois camerounais, etc. Haropa se présente comme le port leader d’un marché essentiel pour l’économie nationale. Qui gagnerait donc en temps et en coûts en y recourant. Mais elle veut aussi développer davantage le transit de véhicules et de colis spéciaux exportés vers les chantiers de construction de grandes infrastructures qui essaiment au Cameroun. Tout en tenant compte des possibilités nouvelles qui s’ouvrent avec la décongestion du port de Douala et l’entrée progressive en activité de Kribi.
Au regard des importants échanges commerciaux entre le Cameroun et la France (938 millions d’euros, soit environ 615 milliards de Fcfa en 2015, selon sa propre évaluation) et des relations anciennes entre Haropa et l’import-export camerounais, les visiteurs parient sur la possibilité de donner un nouveau souffle à cette relation. Haropa propose donc une offre dont les avantages concurrentiels devraient attirer davantage d’opérateurs. Même si on peut noter qu’en tant qu’autorité d’un port hexagonal, elle peut être intéressée par l’augmentation des exportations françaises vers le partenaire camerounais. En 2015, elles ont en effet diminué de 1,5%.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire