4.05.2016

Affaires: ce qui intéresse les Tunisiens

Par Josy MAUGER, Cameroon Tribune
Image pour le résultat associé aux actualitésUne délégation de 35 opérateurs économiques est venue examiner les opportunités d’investissement au Cameroun dans les secteurs textile, agro-alimentaire, bâtiment, etc.
Une mission de prospection économique séjourne depuis hier à Yaoundé. Il s’agit des « Journées
commerciales multisectorielles tunisiennes au Cameroun » qui ont entraîné la venue au Cameroun, d’une délégation de près de 35 opérateurs économiques issus de divers secteurs, une vingtaine au total. Notamment l’industrie, la transformation, le textile, l’agro-alimentaire, le bâtiment, la formation, le coaching, l’enseignement supérieur, l’électroménager, la banque, la métallurgie, les télécommunications, l’imprimerie. Il est question pour ces hommes d’affaires de plus grands groupes et sociétés en Tunisie d’examiner les possibilités de collaboration et de partenariats économiques avec leurs collègues camerounais. « L’objectif final de cette rencontre c’est de se mettre en contact pour construire quelque chose de concret ». Parole du ministre du Commerce (MINCOMMERCE), Luc Magloire Mbarga Atangana qui présidait cette cérémonie d’ouverture hier à Yaoundé. Selon lui, cette heureuse initiative intervient après de  multiples rencontres mixtes entre les deux parties, « preuve qu’il y a du dynamisme dans ce partenariat », indiquera le MINCOMMERCE. Ainsi, il a tenu à rassurer les opérateurs tunisiens sur les facilités qui leur seront accordées sur le plan administratif et biens d’autres domaines. D’ailleurs, a-t-il souligné, des textes régissant la liberté d’échanges et entrepreneuriale sont disponibles. Concernant la zone de libre échange, il rassure que ces lois seront mises en place incessamment.
Côté tunisien, on est optimiste. Notamment l’ambassadeur de la République de Tunisie au Cameroun, Jalel Snoussi qui dit placer ces événements économiques sous quatre signes. La synergie, le partenariat, la complémentarité et la prospection. Selon lui, ces rencontres avec le partenariat camerounais s’inscrivent dans un premier temps dans le cadre de la coopération bilatérale public-privé et ensuite dans la perspective de prospecter de nouveaux domaines de coopération. D’ailleurs, les opérateurs économiques tunisiens y croient fermement. Chafik El-Behi est de ceux-là, consultant de la société EL Behi, il fait partie de cette aventure et dit être venu au Cameroun pour offrir une technologie moderne basée sur des logiciels tels que le bloomberg, le dealing tout en developpant le trading ou encore des salles des Marchés. Son collègue Mohammed Amin Kallel, voudrait lui, trouver des opportunités sur le plan conseil en stratégie et dans le même temps, organiser et développer les industries.  « Nous sommes venus prospecter les entreprises qui désirent développer leurs activités dans ce secteur et éventuellement s’implanter au Cameroun », espère t-il. La formation universitaire n’est pas en reste, Habib Chabchoub, professeur à l’International school of business en Tunisie, est venu chercher des partenariats pour échanger les expériences, enrichir et ouvrir les horizons du niveau des encadreurs d’entreprises entre son pays et le Cameroun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire