1.29.2016

Stratégies pour la croissance

Par Félicité BAHANE, Cameroon tribune
Résultat de recherche d'images pour "minepat"Les responsables du ministère de l’Economie réunis depuis hier pour donner plus de cohérence à l’animation économique du gouvernement. Le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT) a battu le rappel des troupes hier à Yaoundé, la conférence annuelle des responsables des services centraux et déconcentrés. La rencontre
de deux jours tourne autour d’un thème central : « Contribution du MINEPAT à la coordination de l’action du gouvernement en matière de politique économique et d’aménagement du territoire ». A en croire le ministre Louis Paul Motaze, il est question de faire en sorte que les actions des différents départements ministériels convergent vers l’émergence du pays, escomptée en 2035. Le MINEPAT étant un département d’accompagnement en matière d’animation économique, de planification et d’aménagement du territoire. Un ministère qui suit l’exécution du budget d’investissement public, la mise en œuvre des grands projets, etc.
« Pour pouvoir résoudre les problèmes du groupe, il faut d’abord balayer devant notre cour, faire un état des lieux qui impose certaines vérités », explique Charles Assamba Ongodo, directeur général de la coopération et de l’intégration régionale au MINEPAT. De cet état des lieux, il en ressort qu’« il y a un problème de maturation des projets. Il y a des soldes engagés non-décaissé, c’est-à-dire de l’argent qui a été mobilisé mais qui n’est pas utilisé pour de multiples raisons, par exemple, les questions d’indemnisation. Il y a également que nous ne sommes pas toujours pertinents vis-à-vis du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE), pourtant c’est une boussole de développement », regrette le DG. D’où la question posée aux délégués régionaux, départementaux et autres responsables par le Minepat : «  Est-ce que nous suivons bien les procédures dans la célérité et dans la pertinence ? » La rencontre en cours permettra donc de réponde aux questions et se projeter vers le futur pour faire mieux les choses. C’est-à-dire, « rationaliser davantage, gérer les goulots d’étranglement, aller au-delà pour minimiser les risques et les contraintes qui se posent dans la réalisation des projets », explique notre source.
La recherche des niches de financements innovantes et nouvelles préoccupe également le MINEPAT. « Ça suppose qu’il y a un ensemble de réformes qui les accompagnent, étant entendu que les partenaires ont besoin d’un cadre macro-économique rassurant. Il faut, par exemple, améliorer l’environnement du droit des affaires, inciter davantage le secteur privé qui est créateur de richesses à s’immerger dans la recherche des financements ». A cet égard, Louis Paul Motaze a prescrit une rencontre avec les hommes d’affaires, relevant qu’un pays se développe réellement parce que le secteur privé tire la croissance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire