1.08.2016

Augmentation des allocations familiales: Le gouvernement peaufine la mise en oeuvre

Résultat de recherche d'images pour "augmentation des allocations familiales"Par Yvette MBASSI, Cameroon Tribune
Un texte précisant la réforme de ces prestations devrait être publié ce jeudi, après concertation des autorités compétentes.

Depuis la surprise que le président de la République a réservée à ses compatriotes, la nuit du 31 décembre dernier, dans le cadre de ses traditionnels vœux à la nation, les supputations vont bon train dans les quartiers et les chaumières. Dans ce taxi ralliant le carrefour Mvan au rond-point de la poste centrale ce mercredi 6 janvier, le sujet revient constamment sur le tapis par les soins de différents clients montés à bord. « J’ai appris
qu’on va augmenter les allocations familiales de 800 F. Ce qui fait donc qu’on passe de 1800 à 2600 F par enfant et par mois », fait d’un ton satisfait une dame, apparemment fière d’être dans le secret des dieux. Ses déclarations ouvrent la voie à un long débat sur l’opportunité de la mesure présidentielle et son impact sur le quotidien des populations. Chacun a sa petite idée sur le sujet et au fil du trajet, les échanges deviennent de plus en plus passionnants.
C’est que, peu importe les montants finaux qui leur seront attribués, la hausse des allocations familiales intéresse particulièrement les populations. Lesdites prestations sont des sommes versées aux personnes ayant un ou des enfants à charge. Intégrées aux législations, elles sont devenues l'un des leviers dont dispose l’Etat pour influer sur la démographie et l'économie. Elles peuvent ainsi venir en complément d'autres mesures, comme des réductions d'impôt ou des aides au logement, décidées par le gouvernement dans le cadre de sa politique familiale et sociale. Ces émoluments permettent entre autres de gérer la nutrition, la scolarité, l’apprentissage, le logement et la santé des enfants.
Les allocations familiales sont payables à terme échu et à intervalles réguliers n'excédant pas trois mois. Elles sont versées à l'allocataire. En cas de divorce ne laissant pas l'enfant à sa charge ou de décès de l'allocataire, les allocations familiales sont versées à  la personne qui a la charge effective de l'enfant. Lorsque l'allocataire se trouve dans l'impossibilité d'assumer la charge de l'enfant, les allocations sont payées à la personne désignée soit par l'allocataire, soit par décision judiciaire, pour assurer la charge de l'enfant. Lorsque l’enfant ouvrant droit aux allocations familiales est élevé dans les conditions d’alimentation et de logement manifestement défectueuses, ou lorsque le montant des allocations n’est pas utilisé dans son intérêt, le directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale peut après enquête, suspendre leur paiement et désigner un attributaire à qui seront versées lesdites prestations. En cas de contestation née soit de la destitution de l’allocataire, soit de la désignation de l’attributaire, l’instance est portée devant le tribunal civil du lieu de résidence du prestataire. Toutefois, ce pourvoi ne peut avoir pour conséquence la suspension du versement à l’attributaire des allocations familiales. L’attributaire qui peut être une personne physique ou morale doit utiliser les allocations familiales aux soins exclusifs de l’enfant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire