12.02.2015

Célestine Ketcha Courtès prend les rênes des Femmes élues d’Afrique

celestine-ketcha-courtes-presidente-femmes-elues-afriquePar Jean Francis BELIBI, Cameroon Tribune
Récemment élue à la tête de ce mouvement, en marge du 7e Sommet Africités à Johannesburg, le maire de Bangangté est entré en fonction hier.
Beaucoup d’émotion hier mardi matin dans la salle principale des travaux du Sandton Convention Center de Johannesburg
où se tenaient les travaux du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (Refela) en marge du 7e
Sommet Africités qu’abrite la capitale économique d’Afrique du Sud. Cette session qui intervenait quarante huit heures seulement après l’assemblée générale élective qui a vu la Camerounaise Célestine Ketcha Courtès élue à la tête du penchant féminin de Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLUA) qui organise ce Sommet. Hier avait lieu le passage de témoin entre le maire de Bangangté et son prédécesseur à la tête du Refela, la Mauritanienne Fatimatou Mint Abdel Malick. Mais avant, les différents bureaux régionaux ont présenté leurs rapports d’activités. S’il est avéré que beaucoup de choses ont déjà été faites en matière d’encadrement des femmes élues locales, le chemin reste encore long pour cette association du reste très jeune qui a vu le jour à Tanger au Maroc en mars 2011.
La Camerounaise aura donc la lourde tâche de conduire le Réseau des femmes élues locales d’Afrique qui réunit toutes les femmes exerçant une fonction élective au sein des collectivités locales. Tâche qui s’annonce ardue compte tenu de ce que cette structure, si elle est bien ancrée en Afrique du Nord, en Afrique Centrale et dans une certaine mesure en Afrique de l’Est, doit mieux se faire connaître du côté de l’Afrique de l’Ouest et en Afrique australe. Célestine Ketcha Courtès, qui a bénéficié de la quasi unanimité des différentes sous-régions pour se faire élire à la tête de cette organisation s’est engagée à œuvrer dans ce sens. Une ambition dont ne doutent d’ailleurs pas ses consœurs, au regard de ce qui a été fait au niveau de la sous-région Afrique centrale dont elle présidait aux destinées avant son élection de dimanche dernier. Elle est ainsi parvenue à faire créer des structures pays au Tchad, au Gabon, en République démocratique du Congo et dans une certaine mesure en République centrafricaine. Toutes les autres membres de son équipe se sont d’ailleurs engagées à l’accompagner dans cette tâche. C’est donc très émue que la nouvelle présidente a pris ses nouvelles fonctions au milieu des youyous des autres femmes. Elle a rendu un vibrant hommage à son prédécesseur en promettant de continuer à œuvrer pour le succès des femmes élues locales du continent. Hommage également au président de la République du Cameroun pour tout le soutien apporté à la femme camerounaise et à la première dame Mme Chantal Biya.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire