10.15.2015

L’économie sociale en vedette

journee-economie-sociale-deuxieme-editionPar Michèle FOGANG, Cameroon Tribune
La deuxième édition des Journées nationales ouverte hier à Yaoundé.

« Réflexions autour des politiques publiques d’encadrement et d’accompagnement des organisations de l’économie sociale ». Thème choisi pour la deuxième édition des Journées nationales de l’économie sociale (Jnes) mais qui, en réalité, reflète la préoccupation
majeure qui entoure ce secteur. C’est le principal débat en toile de fond de l’évènement qui s’est ouvert hier, sous la présidence du ministre des Petites et Moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), Laurent Serge Etoundi Ngoa. La présence d’une dizaine de membres du gouvernement a démontré le caractère transversal de l’économie sociale et l’intérêt commun quant à son épanouissement.
Le hall du palais des Congrès de Yaoundé, cadre de l’évènement, qui s’est transformé en véritable foire, donnait du beau à voir. En visitant les stands des producteurs de riz du Nord, d’huile et de crèmes à base de produits forestiers non-ligneux, des artisans et des pêcheurs, le visiteur pouvait avoir une idée de l’immensité des ressources naturelles du pays et des opportunités de création de richesses que leurs exploitations confèrent.
En effet, l’économie sociale est une construction socio-économique qui regroupe des organisations et entreprises prônant une économie basée sur des valeurs et un mode de gouvernance collectif et démocratique. D’après le Minpmeesa, les organisations qui relèvent de ce secteur sont  non  seulement de véritables moteurs d’emploi, mais aussi, elles optimisent l’utilisation des ressources locales disponibles et mobilisent les acteurs locaux autour des projets au service du développement des collectivités.
Seulement, les difficultés d’accès aux financements, le manque d’un cadre légal et l’intervention de plusieurs intermédiaires plombent l’essor de ce secteur. D’où l’importance pour le ministre Laurent Serge Etoundi Ngoa de plancher sur une stratégie d’harmonisation des politiques publiques d’encadrement des acteurs de l’économie sociale. La tenue des Jnes va donc permettre aux administrations, acteurs de l’économie sociale et PME d’être édifiés sur l’intérêt de la migration du secteur informel vers le formel et les instruments d’appui au secteur privé et la structuration des artisans. Le Mipmeesa veut, pour sa part, miser sur ce rendez-vous pour élaborer un mécanisme de collaboration entre administrations et partenaires au développement. Les travaux prennent fin demain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire