10.21.2015

Chambre d’Agriculture: un établissement de micro-finance en gestation

conference-capefPar Josy MAUGER, Cameroon Tribune
Le projet a été présenté jeudi à Yaoundé.
Un établissement de micro-finance agricole qui va soutenir les producteurs agricoles et en second lieu, assurer une sécurité sociale en leur faveur. Le projet de création de cette structure est en cours
à la Chambre d’agriculture, des pêches, de l’élevage et des forêts du Cameroun (Capef). Le lancement officiel de sa campagne a débuté jeudi à Yaoundé sous la conduite du président de la Capef, en présence d’une centaine de femmes. Pour Janvier Mongui Sossomba, la femme rurale est confrontée à de multiples problèmes financiers. Elle gagnerait donc beaucoup en créant un compte d’épargne dans la structure qui pourra mettre à sa disposition des moyens nécessaires pour développer ses activités. La structure va l’aider à produire en abondance et surtout à préserver ses récoltes. Il a invité les femmes à y ouvrir un compte d’épargne en les rassurant sur la souplesse qui leur sera accordée quant aux demandes de crédit et de garantie. « L’esprit de solidarité  sera de mise », a-t-il rassuré.
Pour ce qui est des intérêts que l’établissement va générer, on apprend que c’est la principale chaîne de valeur. Ces gains seront gérés par la Capef qui jouera le rôle de gendarme. Pour son organisation, il est à noter que les Camerounais de toutes les conditions peuvent en être actionnaires ainsi que les paysannes, les coopératives, les sociétés agro-industrielles, forestières et même les fonctionnaires. L’établissement de micro-finance agricole prendra la forme d’une société anonyme. Ses statuts, son objet, son siège seront adoptés et ses dirigeants désignés par l’assemblée générale constitutive. Pour ce qui est de sa gestion, la Capef ne jouera qu’un rôle d’accompagnement. Concernant la souscription, elle va s’étendre du 19 octobre au 10 décembre 2015. Les fiches y relatives seront disponibles au siège de la Chambre, dans les délégations régionales et dans les services déconcentrés de certains départements ministériels. Si les femmes rurales présentes à cette cérémonie ont salué l’initiative « heureuse », elles ont voulu avoir le cœur net sur la survie de cette prochaine structure. Sur ce point, le président de la Capef s’est voulu rassurant en leur expliquant que cet établissement sera doté de toutes les balises et garde-fous possibles. En précisant que la femme rurale seule pourra jouer les censeurs de cet établissement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire