9.01.2015

Programmes ministériels: des réajustements en vue

siege-ministere-transportsPar Félicité BAHANE, Cameroon Tribune
Quatre départements ministériels appelés à revoir leurs politiques publiques.
Le budget-programme en cours au Cameroun va rentrer dans son deuxième triennat dès 2016. Dès lors, dans le cadre du Comité interministériel d’examen des programmes (CIEP), dont la 4e session s’est achevée vendredi dernier à Yaoundé, il a naturellement fallu faire
le bilan de la mise en œuvre de cette réforme budgétaire, pour mieux établir les perspectives du deuxième triennat de budgétisation par programme (2016-2018). L’une des communications du CIEP a porté sur la cartographie des 133 programmes existants au sein des 37 administrations ayant pris part aux travaux. A terme, l’on retient que deux départements ministériels ont réduit leurs programmes, question d’assurer une meilleure coordination et efficacité des actions. Mais aussi afin d’obtenir des résultats et des impacts beaucoup plus perceptibles sur le terrain. Il s’agit du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi) qui passe de quatre à deux programmes. Et le ministère des Petites et Moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), de quatre à trois programmes. Du côté du ministère des Finances (Minfi), l’on explique qu’« il ne s’agit pas en réalité de suppression, mais de refonte. Car la multiplicité des programmes ne sied pas avec l’esprit de la réforme budgétaire, qui voudrait que l’Etat finance des activités dont on peut mesurer l’efficacité et déterminer l’impact. Autrement, on estime que ça doit être un sous-programme », souligne un expert de la réforme budgétaire.
Au Minresi, par exemple, qui compte sept institutions, dont l’IRAD, l’INS, la Mipromalo et l’IMPM, le CIEP a estimé qu’il y avait comme une non-maîtrise des programmes par la tutelle, lesquels semblent être pilotés par ces instituts sous-tutelle. C’est pourquoi le Minresi se propose de fondre les programmes Recherche et développement (Agricole P1), (Technologique, géologique et minier P2) et (Social P3) en un seul, intitulé Programme de Densification de la recherche-développement et de l’innovation.
Autre chose à retenir de la dernière session du CIEP c’est que deux autres départements ministériels vont, quant à eux, augmenter leurs programmes de trois à quatre. « Dans ces cas justement, l’on estime que l’un des sous-programmes devrait être une politique publique intégrale, avec un budget spécifique parce que son impact devrait être plus marqué », apprend-on au Minfi. Il s’agit dans ce cas du ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff) et le ministère des Transports (Mint). Dans ce dernier département, par exemple, il est prévu la création d’un programme météorologie. Notre source souligne que compte tenu des inondations à répétition, de l’impact du changement climatique et des besoins de développement durable, il a été indiqué que la météo soit un programme gouvernemental à part entière. Et dont le financement peut s’étendre sur plusieurs années budgétaires

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire