9.15.2015

Ömer Faruk Dogan chez le PM

omer-faruk-dogan-visite-philemon-yangPar Jean Francis BELIBI, Cameroon Tribune
En fin de séjour, le diplomate turc a fait ses adieux à Philemon Yang lundi à Yaoundé.
Trois ans. C’est le temps qu’aura duré le séjour de S.E. Ömer Faruk Dogan au Cameroun, en qualité d’ambassadeur de la République de Turquie.
Arrivé au courant de l’année 2012, il s’apprête à quitter
notre pays. Lundi, en fin de matinée, le diplomate turc était l’hôte du Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, dans le cadre d’une visite d’adieu. « J’ai passé trois années de mission chargées au Cameroun ». L’on aura senti une certaine émotion chez le diplomate turc à l’issue des trente minutes d’entretien avec Philemon Yang à l’immeuble Etoile. « Je laisse mon cœur ici et je rentre dans mon pays en supporter bénévole du Cameroun », a dit l’hôte du chef du gouvernement. « Le Cameroun est un pays qui a énormément de choses en commun avec la Turquie », a-t-il souligné. Il évoque des caractères communs et dit avoir eu le plaisir d’être témoin sur place de la grande diversité et des énormes richesses de notre pays. S.E. Ömer Faruk Dogan s’est félicité d’avoir pu visiter « cette Afrique en miniature » dans la plupart de ses composantes.
« Nous avons réalisé beaucoup de projets ensemble avec le peuple camerounais », a relevé le diplomate turc. L’une de ses plus grandes fiertés reste sans contexte la visite que le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya a effectuée en Turquie du 25 au 28 mars 2013. Une visite qui répondait à celle effectuée au Cameroun en 2010 par le président turc d’alors, Abdullah Gül. L’ambassadeur de Turquie, en fin de séjour, a redit la détermination de son pays à accompagner le Cameroun pour l’atteinte de l’émergence à l’horizon 2035, notamment dans les domaines agricole, industriel, de la construction des logements sociaux, du transport et de l’énergie. Bien plus, il a réaffirmé la volonté de la Turquie à œuvrer aux côtés du Cameroun dans le cadre de la lutte contre la secte islamiste Boko Haram.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire