9.30.2015

Encore des efforts pour la Croissance en zone Cemac

Résultat de recherche d'images pour "Encore des efforts pour la Croissance en zone Cemac"Par Josiane TCHAKOUNTE, Cameroon tribune
Prévisions en baisse, aggravation du déficit budgétaire, difficultés de trésorerie, les Etats doivent  trouver des solutions face au choc pétrolier et aux problèmes sécuritaires.
La situation économique de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) pour cette année 2015, est tour à tour passée de stabilité à ralentissement, puis fléchissement. Ceci, en l’espace de quelques mois seulement. En mars 2015, les prévisions de croissance pour la sous-région étaient estimées à 4,2%. Trois mois plus tard, soit en juillet dernier, elles ont été ramenées à 2,8%. Statistique revue
à la baisse, une nouvelle fois, il y a deux jours, lors de la tenue du conseil d’administration de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). Le nouveau chiffre projeté est de 2,5%. Au regard de l’évolution des projections, il semble presqu’évident que la sous-région n’atteindra pas les 4,6 % de croissance réalisés en 2014. La question qui se pose maintenant est celle de savoir jusqu’à quel niveau la courbe de croissance poursuivra sa descente, du moins en termes de prévisions. A 2,5% actuellement, on n’est plus très loin des 1,6% de croissance réalisée en 2013.
Les problèmes sont connus. La dégringolade des cours du baril de pétrole brut à l’international (de 105 dollars le baril en juin 2014 à moins de 40 dollars actuellement) n’aide pas la sous-région où cinq des six pays qui la constituent exportent le pétrole brut. Et pour ne rien arranger, les Etats de la Cemac doivent gérer les problèmes sécuritaires auxquels ils sont confrontés. Il faut dire que ce deuxième facteur affecte fortement la trésorerie de certains de ces Etats.
Difficultés de trésorerie
Lundi dernier, les membres du conseil d’administration de la BEAC se sont penchés sur les difficultés de trésorerie des Etats de la sous-région « liées en particulier à la forte dégradation de l’environnement économique international et sécuritaire sous-régional », d’après le communiqué de presse sanctionnant les travaux. Depuis quelques mois, les Etats de la Cemac multiplient les emprunts sur le marché monétaire de la BEAC via l’émission de Bons du trésor assimilables (BTA) destinés à financer leur déficit de trésorerie. Pour le mois de septembre en cours, quatre des six Etats de la sous-région ont eu recours à ce marché : le Cameroun, le Gabon, le Tchad et la Guinée équatoriale. Pour la seule journée du 9 septembre, la demande en capitaux cumulée de ces quatre pays s’élevait à 43 milliards de F. S’agissant du cas précis du Cameroun, les données fournies par la division de la trésorerie du ministère des Finances font état de 93,5 milliards de F déjà mobilisés sur le marché monétaire de la BEAC entre le 1er janvier et le 31 août 2015.
Des réformes annoncées
Le Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) qui s’est tenue hier à Yaoundé a réitéré les recommandations faites à l’endroit des Etats pour faire face à ces défis, notamment la rationalisation des choix budgétaires, la diversification des économies et l’approfondissement de l’intégration sous-régionale. « Le constat fait au niveau des performances économiques demande à ce que les Etats puissent être davantage regardants quant aux déficits budgétaires qui peuvent connaître globalement un accroissement dans la sous-région à plus de 5% », a déclaré Alamine Ousmane Mey, ministre des Finances du Cameroun et président en exercice du Comité ministériel de l’UMAC. Le renforcement de la discipline budgétaire, via l’encadrement des dépenses et la réduction du déficit budgétaire dans le moyen terme, est une des principales recommandations. Outre la baisse du taux directeur de la Banque centrale (de 2,95% à 2,45%), des réflexions sont annoncées pour trouver d’autres modalités de financement des Etats et des entreprises privées. La BEAC devra à cet effet proposer une réforme de ses textes allant dans le sens d’une modernisation de ses instruments d’intervention et de ses procédures. Ceci, sans préjudice de ses missions statutaires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire