7.22.2015

Un milliard pour financer le secteur Forêt et Environnement

Par Josy MAUGER, Cameroon Tribune
Une offre de l’AFD pour des formations afin de permettre le renforcement des capacités des acteurs.
Parmi les petits métiers relatifs au secteur forêt-environnement, on retrouve la scierie, l’affûtage, l’abattage, le séchage, la cartographie entre autres professions. Les filières liées à ces spécialistes se résument à l’exploitation, la transformation et la commercialisation. Afin de mieux
développer le secteur et en tirer des retombées économiques et sociales, un projet d’appui au renforcement de l’adéquation formation-emploi en Afrique centrale a été mis sur pied avec l’appui de partenaires financiers et techniques. Le réseau des institutions de formation forestière et environnementale en Afrique Centrale (Riffeac), partenaire technique de la Commission des forêts d’Afrique (Comifac). Il vient de recevoir une subvention de près d’un milliard de F de l’Agence française de développement (AFD) pour le renforcement des capacités en partenariat avec le secteur privé forestier et du dispositif de formation professionnelle dans le domaine de la gestion des forêts. 
Les activités des travaux de l’atelier de ce projet qui s’étale sur trois ans ont été lancées  lundi à Yaoundé en présence de participants venus des 10 pays de la sous-région et du Bassin du Congo, du directeur régional de l’AFD ainsi que du représentant de l’Ambassade de France. Deux types de formation sont prévus pour ce projet. Il s’agit dans un premier temps de la formation de cadres, jeunes diplômés, professionnels, sociologues et ingénieurs qui seront chargés de la gestion des ressources naturelles dans le Bassin du Congo. Selon Claude Kachaka Sudi Kaiko, coordonnateur régional du Riffeac, il est question d’avoir des cadres qualifiés aptes, répondant mieux aux besoins du secteur forestier et capable d’assurer la gestion durable des concessions forestières du Bassin du Congo. L’autre apprentissage concerne les petits métiers dont les acteurs seront formés sur le tas, d’après le chargé du projet, Régis Aristide Ngweregaye. Les modules à enseigner lors de ces deux formations seront définis en fonction des besoins. Une étude de diagnostic est en cours afin d’analyser les éléments y afférents. Le directeur régional de l’AFD, Hervé Conan a souhaité pour sa part que cette formation fournisse des experts pour la gestion durable des forêts.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire