7.05.2015

Plus de 200 métiers à valoriser dans la Filière sucre

Résultat de recherche d'images pour "Plus de 200 métiers à valoriser dans la Filière sucre" Par Josy MAUGER, Cameroon Tribune
Les avantages et le potentiel contenus dans l’ouvrage intitulé « Sucrerie de canne en Afrique subsaharienne » et dédicacé mercredi à Yaoundé.
La filière sucrière a du potentiel. Elle génère plus de 200 métiers, cinq produits entre autre le sucre, la bagasse, la mélasse. Plus important encore,
d’après les spécialistes, la sucrerie offre l’opportunité, par la cogénération et les biocarburants, le développement des énergies alternatives. Les avantages, son mode d’emploi, sa production, la transformation de ses déchets, ses technologies sont contenus dans l’ouvrage  « Sucreries de canne en Afrique subsaharienne : Procédés et métiers ». Il dresse un état complet des connaissances sur la sucrerie de canne et ses métiers. Ce processus permet également de produire de l’énergie sous forme de co-génération à partir de la bagasse. Cet important travail a nécessité les contributions des spécialistes. Notamment de cinq professeurs et universitaires. Avec en tête de liste, César Kapseu, ses confrères Ali Ahmed, Paul Mingo Ghogomu, Carl Mbofung et Martial Ndong Essengue. La dédicace de cet ouvrage  livre préfacé par le président directeur général de la société sucrière au Cameroun, Louis Yinda et postfacé par le professeur Paul Henri Amvam Zollo, recteur de l’université de Ngaoundéré s’est tenue mercredi à Yaoundé.
Le document traite de tous les aspects fondamentaux des opérations unitaires, technologiques et des métiers. Une large place est consacrée au génie des procédés. Les professionnels, en particulier les agences d’ingénierie et de conception, trouveront dans ce livre, qui s’appuie sur des exemples concrets, toutes les données pour mieux appréhender ces technologies et guider leurs prises de décisions. Cet ouvrage de plus de 250 pages, divisé en quatre parties sera aussi une source importante d’informations pour les étudiants avec des exercices corrigés  dans un domaine en pleine mutation. Selon les signataires de ce document, les travaux ont été menés en partenariat avec l’Université de Ngaoundéré à travers les mémoires de fin d’études et les masters. 
Pour le représentant du Minesup, le professeur Wilfried Gabsa, au delà de la production même du document, la collaboration entre les collègues universitaires est un signe manifeste de la vivacité de l’intelligentsia camerounaise et de la vitalité de l’université camerounaise. Il salue donc les auteurs qui ont mis à la connaissance du grand public, les possibilités multiples, les manières de faire diverses, les offres de services possibles dans l’exploitation et la commercialisation de la canne à sucre. Pour le professeur Kapseu, l’ouvrage vise entre autres à valoriser le savoir-faire des professionnels du sucre, informer des jeunes sur les technologies sucrières, sensibiliser la population sur les opportunités qu’offre la filière sucrière en termes d’emplois et de métiers et valoriser le potentiel de recherche des universités auprès des industriels.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire