7.15.2015

Le Cameroun est «un géant de l’électricité qui est sur les starting-blocks», selon le DG de l’Arsel

Le Cameroun est «un géant de l’électricité qui est sur les starting-blocks», selon le DG de l’ArselLe directeur général de l’Agence de régulation de l’électricité (Arsel), Jean Pierre Kedi (photo), compare le Cameroun à un «géant de l’électricité, qui est encore sur les starting-blocks». En effet, illustre-t-il, avec le potentiel hydro-électrique dont dispose le pays, si chacune des 360 communes camerounaises lance un projet visant à produire seulement «10 MW grâce aux petites chutes d’eau, soit par la biomasse», cela ferait plus que tripler, en un laps de temps, la capacité actuelle du pays (1000 MW).
Par ailleurs, en s’appropriant l’énergie solaire, par exemple, les populations camerounaises pourraient considérablement contribuer à relever l’offre énergétique. «Chacun peut acheter
des panneaux solaires et les installer sur son toit, avoir de l’énergie pour lui-même et, lorsqu’il est en surplus, le réinjecter dans le réseau. N’ayant que 1000 MW disponibles et tenant compte du fait qu’il y a un million de consommateurs, si chaque consommateur nous donnait 2 MW, on aurait déjà le double de ce qui est disponible aujourd’hui», soutient-il.
Mais à côté de ces «mini-solutions», dixit Jean Pierre Kedi, le Cameroun est actuellement engagé dans de gigantesques projets énergétiques, qui devront sur le moyen terme changer la configuration du secteur de l’électricité dans le pays. En effet, pas moins de trois barrages (Lom Pangar, Mekin, Memvé’élé) sont actuellement en construction. Au moins trois centrales hydro-électriques de 300 à 400 MW sont en phase de projet (Limbé avec Eranove, Makay à l’Est du pays avec Platinum Power, et Natchigal avec Rio Tinto, EDF et la SFI).
A côte de l’hydro-électricité, dont le potentiel global du pays est estimé entre 13 000 et 15 000 MW, le Cameroun dispose d’indéniables atouts en matière de solaire, d’éolien et de biomasse, qui sont autant de solutions n’ayant véritablement pas encore été explorées dans le pays. La faute au manque de financements et le désintérêt des investisseurs, qui n’affluent pas encore au Cameroun, pays dont les besoins d’investissements dans le secteur de l’électricité sur les 10 prochaines années sont estimés à 3700 milliards de francs Cfa, selon Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire