7.28.2015

Crise de la quarantaine et création d’entreprise

Weill_valriePar Valérie Weill , envie d'entreprendre
Vous ne pouvez pas dire que vous êtes malheureux, mais vous ne nagez pas non plus dans la félicité. Vous avez un travail correct, mais qui est devenu très routinier. C’est un peu comme si vous marchiez avec un caillou dans vos chaussures. Vous vous sentez parfois spectateur de votre propre vie, porteur d’un costume et d’un rôle qui est devenu trop étroit. Vous êtes peut-être même en train de commencer à vous avouer que vous n’êtes plus sur la bonne voie professionnelle
et cela ouvre la porte à la démotivation, à la frustration. Quelque chose doit évoluer...
Or, vous êtes suffisamment lucide pour voir que vous n’êtes plus en phase avec vous même, que vous n’êtes plus congruent(e) avec vous même. Vous finissez alors rapidement par vous confronter à la nécessité de changer personnellement ou bien de modifier votre système, pour atteindre un état plus conforme à vos aspirations et envies. Quelque chose doit évoluer : petite phrase pudique que l’on se murmure du haut de notre “grand comité”…
Pour certain(e)s, l’idée de changement fait vite son chemin. La frustration étant telle qu’elle induit un besoin d’évolution rapide. Pour d’autres, cela peut prendre du temps. Voire parfois, il faudra malheureusement un licenciement, une énième restructuration dans l’entreprise, l’arrivée d’un supérieur hiérarchique insupportable - ou bien encore un deuil, une maladie pour prendre vraiment conscience de l’ampleur de votre inconfort.
Commencer à rêver
C’est à ce moment que vous allez commencer à rêver. Et pour passer du salariat à la création d’entreprise, il faut du rêve au départ. C’est dans un premier temps cette capacité à rêver, à se projeter dans l’avenir, dans tous les possibles, qui vous redonnera de l’énergie. C’est votre vision de vous dans l’avenir qui vous donnera la capacité à reprendre des risques et à surmonter vos doutes. A la quarantaine, bon nombre d’hommes et de femmes font un bilan et remettent en question leur système de valeurs et décident de donner plus de sens à leur vie. Que ce soit vous adonner à votre passion extra-professionnelle depuis longue date, ou bien réaliser un rêve de gosse qui a souvent été contrarié (dernièrement, j’ai croisé un très brillant polytechnicien qui jubilait à l’idée d’entamer sa formation de boulanger-pâtissier…), il s’agit de renouer avec vos aspirations et vous-même. Tous les conseillers en création d’entreprise vous le diront, les meilleurs projets sont ceux qui reflètent totalement la personnalité et les passions de son créateur.
Bien sûr, il ne s’agit pas de rêver béatement à devenir millionnaire sans effort, mais plutôt de se remettre en question et de s’accrocher à une vision, une envie de changer sa propre réalité. Cette crise, que l’on rencontre fréquemment autour de la quarantaine, est bien souvent libératrice. Elle permet la remise en cause, oblige à regarder autrement, à aller chercher d’autres ressources en soi. Comme le dit fort bien Jean-Paul Sauzède, psychothérapeute et co-auteur avec Daniel Grosjean, coach et consultant en ressources humaines, du livre "Trouver la force d'oser" - “la crise signale qu’un décalage s’est formé entre votre identité et ce que vous faites au quotidien. Elle peut s’exprimer sous forme de somatisations : dos bloqué, insomnies, dépression. Ce sont des signaux d’alerte. Et plus vous ferez la sourde oreille, et plus ils se manifesteront fort. Aussi bizarre que cela puisse paraître, ils sont là pour vous aider à refuser votre réalité cadenassée et à aller vers vos rêves.”
Mais comment libérer ses rêves ?
Selon Jean-Paul Sauzède et Daniel Grosjean dans un article paru dans L'Express en ligne du 01/06/2006, “Pour créer votre entreprise, osez rêver !”, voici leurs propos recueillis par Isabelle Hennebelle et Jacques Trentesaux : “pour y parvenir, il est essentiel de se réapproprier son identité profonde. Pour cela, il faut souvent tout revisiter: ses désirs, ses motivations, ses racines. Parfois, il convient aussi de se donner l’autorisation d’entreprendre.”
Et pour faire émerger la vision, Jean-Paul Sauzède suggère trois pistes :
1) Réunir plusieurs personnes pour plancher sur le projet d’entreprise pendant quelques heures en menant un brainstorming et en acceptant toutes les idées, même un peu folles. Une personne extérieure au projet sera présente. Son rôle consistera à maintenir les règles de base : pas de jugement, pas d’interprétation.
2) Recourir à un support artistique pour se laisser aller: peinture, musique, écriture, modelage... Les vrais patrons ont presque toujours une passion hors de leur vie de dirigeant. Ainsi, ils connectent le cerveau droit – les émotions - et le cerveau gauche – le mental. Du rêve, ils passent facilement à la concrétisation.
3) Travailler sur ses rêves, les noter, les analyser. Ou recourir à la sophrologie. Cette technique est très utilisée par les sportifs de haut niveau. Elle procure un état de rêve éveillé durant lequel il devient plus facile de lâcher prise et de visualiser des situations nouvelles.
Cependant bien souvent avec le rêve vient le doute, la peur, les résistances que nous avons tous en nous plus ou moins…
Comment gérer nos résistances intérieures, nos peurs ?
Selon Jean-Paul Sauzède, “les résistances ne sont pas mauvaises en soi. Elles cherchent à nous éviter l’expérience de l’inconnu. S’agripper à ce qu’on connaît est un réflexe humain. Mais pour mener à bien son projet, il faut effectivement aller au-delà de ses résistances.” Retourner à son rêve, le réactualiser et le confronter à la réalité du terrain et du marché est une solution. Pour que le projet ne reste pas au simple état de rêve, il est nécessaire de comprendre les origines de ses peurs et de les affronter. Il est évident qu’une préparation solide de votre projet est indispensable, mais une bonne préparation mentale aussi ! C’est une des clés du succès.
La crainte financière
On constate aussi souvent que le frein majeur à nos envies de créer, est lié à la recherche de la sécurité financière. Pourquoi ne pas envisager alors une activité salariée de type “alimentaire” et garder du temps pour développer calmement en parallèle son projet ? Les aménagements fiscaux et sociaux pour le créateur d’entreprise qui cumule plusieurs activités - salariées et non salariées - se sont accrus ces deux dernières années et l’entrée en application du nouveau statut d’auto-entrepreneur en Janvier 2009 est une véritable aubaine ! Vous pouvez aussi tester votre projet et surtout vos motivations profondes en recourant au portage salarial… Bref, vous pouvez trouver des solutions pour pallier votre peur du risque financier !
Des hauts et des bas dans le processus de création d’entreprise
Mais peut-être que pour vous, c’est encore autre chose qui se cache derrière vos résistances ? Sans un minimum d’introspection intérieure, vous ne pourrez correctement identifier vos résistances. Un jour, vous allez croire dur comme fer à votre projet et le lendemain, vous allez vous demander si vous n’êtes pas en train de faire une grosse bêtise !!! C’est normal ! De toute façon, vous n’échapperez pas aux hauts et bas de votre moral et de votre motivation, c’est absolument normal et légitime d’éprouver ces difficultés, ces moments d’hésitations. Je n’ai pas encore rencontré – en plus de 1500 candidats à la création d’entreprise – de créateurs qui n’aient pas d’instants de doute…

L’intérêt d’un regard extérieur

C’est pour cela qu’il est bien utile de recourir à une aide extérieure à votre projet, sous la forme d’un coach par exemple, pour vous aider à y voir clair. Le coach d’entrepreneurs (quand il est à la fois entrepreneur lui-même, spécialiste de la création d’entreprise et formé réellement au métier de coach) est là pour vous encourager, vous aider à surmonter vos difficultés, vous accompagner pour vous faire trouver vos propres solutions, sans se substituer à vous et votre projet et sans faire non plus de “psycho-papouille” ! Il est aussi capable de vous donner – en toute bienveillance – le petit coup de pied aux fesses qui vous manque pour franchir le cap et concrétiser votre rêve. Il est là pour vous éclairer le chemin, vous aider à prendre les bonnes décisions et pour vous faire trouver - pourquoi pas ? - votre légende personnelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire