6.23.2015

La Stratégie de l’éducation et de la formation passée au peigne fin

La Stratégie de l’éducation et de la formation passée au peigne finDu 08 au 10 juin 2015, les acteurs ont passé en revue, la stratégie de l’éducation et de la formation du Cameroun pour le compte de l’année 2014. Les travaux étaient  présidés par M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI, Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire  et président du Comité de Pilotage chargé de la coordination et du suivi évaluation
de la mise en œuvre de la Stratégie Sectorielle de l’Education et de la Formation.
Pour le MINEPAT, cette revue conjointe, avait  pour objectif d’évaluer  la mise en œuvre de la stratégie  sectorielle de l’éducation et de la formation pour identifier«  les écueils, les manquements qu’il faille corriger pour bâtir un capital humain susceptible de porter nos ambitions d’émergence, et apprécier le respect des engagements  pris par le gouvernement et ses partenaires dans le cadre partenarial ».
Il ressort de cette revue  que :
-       Desefforts restent à faire en matière d’accès et l’équité ;
-       Plusieursreformes en cours dans les sous-secteurs ne sont pas en cohérence avec la vision sectorielleen matière de la qualité et de la pertinence ;
-       Des efforts sont déployés  en matière de gouvernance et du pilotage pour renforcer la décentralisation de l’éducation et de la formation, maintenir les enseignants à leur poste, notamment dans les zones difficiles et donner aux citoyens une éducation en matière de paix,  de prévention et de gestion des catastrophes ;
-       Compte tenu de l’actualité, un plaidoyer doit être fait à l’endroit  du  Gouvernement pour que l’éducation en situation d’insécurité devienneune priorité nationale ;
-       Certaines  dispositions du  cadre partenarial sont évasives et le financement de l’éducation et de la formation connait une tendance à la baisse par rapport aux prévisions.
A l’issue des trois jours de travaux, voici les principales recommandations formulées  par les participants  qui doivent être prises en compte pour assurer une bonne mise en oeuvre.
•      Assurer une large diffusion de la stratégie;
•      Formaliser et renforcer la plate-forme sectorielle de concertation avec un organe technique de suivi  permanent de la mise en œuvre de la stratégie ;
•      Etablir un agenda de mise en place de l’enseignement fondamental, en tant que réforme majeure du système éducatif ;
•      Elaborer un plan d’actions de mise en œuvre des reformes assorti d’indicateurs ;
•      Accélérer le processus de mise en place de l’enseignement fondamental par la création d’une plateforme de concertation sectorielle, avant la tenue de la prochaine revue ;
•      Procéder à l’assainissement du fichier solde du secteur et à la distribution des allocations budgétaires en fonction des orientations de la stratégie ;
•      Procéder au rattrapage budgétaire de la part allouée au secteur pour atteindre 20% en 2016, et 22% en 2020 ;
•      Arrimer les programmes des ministères sectoriels aux orientations de la stratégie du secteur de l’éducation et de la formation dans le cadre du budget programme ;
•      Procéder à la révision du cadre partenarial.
Cette stratégie, entre en droite ligne avec les orientations de la stratégie du développement du Cameroun pour la période 2010-2020. Elle  a été élaborée en 2013 endossée en 2014. A l’issue, le  cadre de partenariat  qui a été signé entre les partenaires a prévu la tenue des revues sectorielles conjointe chaque année.
Source: MINEPAT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire