6.27.2015

La BEAC renforce la surveillance des Transactions financières

Résultat de recherche d'images pour "BEAC CENTRALE"Par  Josiane TCHAKOUNTE, Cameroon Tribune
Le Comité régional s’est réunit hier à Yaoundé afin d’adopter les outils devant être utilisés  pour éviter les risques pouvant compromettre la stabilité monétaire et financière dans la zone.
Les transactions bancaires effectuées par chèques, virements ou transferts dans la zone Cemac, prennent de plus en plus d’importance en termes de nombre et de montants. S’agissant des transactions supérieures ou égales à 100 millions de F,
la valeur des transactions pour l’année 2014 se chiffre à plus de 76 000 milliards de F correspondant à près de 186 000 transactions. Concernant les montants inférieurs ou égaux à 99 millions de F, la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a répertorié plus de 5 millions de transactions, correspondant à plus de 16 000 milliards de F. Depuis une décennie déjà, la Banque centrale a mis sur pied un ensemble de mesures visant à moderniser les systèmes et moyens de paiement dans la sous-région. Il s’agit du Système de gros montants automatisés (SYGMA) pour les montants de plus de 100 millions de F et le Système de télé-compensation de l’Afrique centrale (SYSTAC), concernant les montants inférieurs à 99 millions de F.
Prévenir les risques
La modernisation des systèmes et moyens de paiement s’est traduite par la rapidité dans le dénouement des transactions sur la place financière sous-régionale qui se débloquent en une journée. Seulement, cette célérité ne va pas sans risques. Risques de nature à influer sur la stabilité monétaire et financière de la zone. D’où la création le 17 mars 2014, du Comité régional de surveillance des systèmes de paiement  (CRSP). Dans ce contexte, la surveillance s’impose comme le seul moyen d’anticiper sur les risques pouvant découler de l’exploitation de ces systèmes de paiement et de réduire les possibilités de survenance de crises financières.
Les outils déjà disponibles
Les membres du CRSP se sont réunis hier dans les services centraux de la BEAC à Yaoundé sous la présidence du Vice-gouverneur, Tahir Hamid Nguilin, à l’effet d’adopter les outils qui seront utilisés pour cette surveillance. Il s’agit du référentiel de surveillance, du guide d’utilisation du référentiel, des fiches de surveillance et des fiches de reporting mensuel. Cette rencontre était la deuxième après la réunion inaugurale tenue à N’Djamena, le 20 juin 2014, qui avait permis de valider l’architecture opérationnelle de surveillance des systèmes de paiement. Tous les participants de la zone se sont déjà appropriés les instruments de surveillance en particulier les supports et la stratégie mis en place par le CRSP à cet effet. Des formations spécifiques dans le domaine de la surveillance ont également été dispensées aux agents des services centraux en charge d’assurer cette fonction. Formations qui devraient s’étendre aux chefs de service des systèmes et moyens de paiement des directions nationales.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire