6.30.2015

1500 milliards de F à mobiliser pour la Modernisation de l’agriculture


Par Marilyne NGAMBO, Cameroon Tribune
Une réunion préparatoire à la conférence de mobilisation des ressources tenue vendredi dernier à Yaoundé.
Du 16 au 17 septembre prochain, Yaoundé accueillera le « Business Meeting », un rendez-vous de partenaires au développement ainsi que d’acteurs du secteur agricole et rural national. La rencontre a pour but de mobiliser des ressources pour le financement
du Plan national d’investissement agricole (PNIA) du Cameroun. 1500 milliards de F sont escomptés à l’issue des échanges, selon le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), Essimi Menye. La première réunion préparatoire à cet évènement s’est tenue, vendredi dernier, à Yaoundé. Il était question pour les différents participants, de s’informer et de s’accorder sur l’organisation du « Business Meeting ». Il en ressort que le PNIA, adopté en avril 2014, constitue la stratégie de mise en œuvre des priorités nationales en matière de développement agricole. La rencontre de Yaoundé devrait donc permettre de combler le déficit financier constaté dans le planning des activités nécessaires à l’implémentation de ce plan.

Occasion pour le Minader de rappeler que « le programme va surtout développer les capacités déjà présentes par la promotion de la production consommée localement et de celle exportée ». Pour cela, la modernisation s’avère un enjeu majeur. « Nous allons intensifier la mécanisation et la transformation. L’Etat ne va pas se substituer aux Camerounais mais plutôt accompagner le secteur privé qui va s’investir pour que nous puissions redynamiser la production et pousser la croissance », a expliqué Essimi Menye. Le PNIA va, par ailleurs,  promouvoir et encourager la production et la distribution de la semence, la mécanisation et la commercialisation. La construction de routes figure aussi parmi les axes de développement du plan. Il s’agira donc, par ces infrastructures, d’ouvrir les bassins de production aux marchés. « Il faut que les partenaires au développement nous aident à continuer à construire ces routes qui vont permettre aux uns et aux autres d’aller vers les champs », a indiqué le ministre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire