5.26.2015

La stratégie du Kazakhstan se précise dans le Partenariat avec l’Afrique

Par Rousseau-Joël FOUTE, Cameroon Tribune
Résultat de recherche d'images pour "Kazakhstan  Partenariat avec l’Afrique"Le VIIIe Forum économique d’Astana s’est achevé vendredi dernier avec la ferme résolution de ce pays eurasiatique d’étendre sa présence sur le continent.
Dans son luxueux cabinet à Astana, capitale du Kazakhstan, le ministre des Affaires étrangères, Erlan Idrissov, se félicite de la participation de près d’une trentaine d’ambassadeurs africains aux travaux du VIIIe Forum économique d’Astana
tenu du 21 au 22 mai 2015 au palais de l’Indépendance. Une présence remarquable à inscrire dans le cadre du rapprochement entre son pays et l’Afrique. Ayant acquis en novembre 2013 le statut d’Etat observateur au sein de l’Union africaine, le Kazakhstan entend intensifier au cours des prochaines années sa présence physique sur le « continent de l’espoir ». On comprend  alors pourquoi Astana prépare activement sa participation au 25e Sommet de l’Union africaine prévu du 7 au 15 juin 2015 à Johannesburg en Afrique du Sud. La guerre au Yémen allongera le trajet de la délégation et il lui faudra pas moins de 17h de vol pour arriver au pays de Nelson Mandela, confie un proche collaborateur du ministre. Mais, peu importe. Pour tisser sa toile sur le continent, il y a des sacrifices à consentir. Dans cette perspective, le travail entamé doit se poursuivre. Trois ambassades ont déjà été ouvertes : en Egypte, en Ethiopie et en Afrique du Sud. D’autres seront créées dans les autres parties de l’Afrique. Parallèlement, un partenariat économique est appelé à se développer entre les hommes d’affaires du Kazakhstan et ceux de l’Afrique. Pour soutenir cette dynamique, l’une des thématiques au centre du VIIIe Forum économique d’Astana a porté sur l’Afrique, présentée comme le prochain pilote de l’économie mondiale. Mais, parmi les défis économiques communs actuels à affronter, il y a la baisse des cours du pétrole brut. Les pays africains producteurs et exportateurs des hydrocarbures subissent comme le Kazakhstan les contrecoups de cette chute des prix. Que faire face à cette situation qui provoque l’effondrement des  recettes, voire, dans certains cas en Afrique, le creusement des déficits budgétaires de quelques pays touchés? En présidant le 22 mai 2015 la séance plénière du Forum d’Astana, le président de la République du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbayev, a indiqué quelques pistes liées à la nécessité de diversifier les bases de la production  par la transformation locale des matières premières. Il a déclaré que son pays, qui était du temps de l’URSS essentiellement un producteur de matières premières, a changé de paradigme et met un accent particulier sur l’industrialisation et la construction d’une économie qui ne dépend plus de l’exportation du pétrole et du gaz.
Au lendemain des assises, le ministre des Affaires étrangères a reçu une délégation de journalistes venus couvrir le Forum. Dans l’interview qui suit, Erlan Idrissov exprime son appréciation et dévoile la stratégie mise en place par son pays pour développer une coopération mutuellement bénéfique et plus dense avec l’Afrique au plan politique, économique et commercial.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire