5.25.2015

La Cobac mieux outillée contre la Gestion des difficultés dans les banques

Résultat de recherche d'images pour "cobac"Par Armand ESSOGO, Cameroon Tribune
Le cadre de prévention et de résolution des crises bancaires dans la Cemac présenté à Douala.
L’argent, on le sait, n’aime pas le bruit. C’est certainement pour conforter cet adage que les professionnels des établissements de crédit de la Cemac viennent de se concerter dans la capitale économique camerounaise. A l’initiative de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), les banquiers venus du Cameroun, de la Centrafrique, du Congo, du Gabon, de la Guinée équatoriale, du Tchad et de la Commission bancaire de l’Union monétaire ouest africaine (Umoa)
ont parlé de la résolution des crises bancaires. Les échanges ont eu lieu sous la présidence du gouverneur de la Beac, Lucas Abaga Nchama, par ailleurs, président de la Cobac. Le secrétaire général de la Cobac, Halilou Yerima Boubakary, des magistrats de la Cour de justice de la Cemac et de la Cour commune de justice et d’arbitrage de l’Ohada, des universitaires et des commissaires aux comptes ont également effectué le déplacement.
De l’avis des experts, le nouveau dispositif ainsi mis en place à l’échelle de la Cemac pour la résolution des problèmes des établissements de crédit revêt une importance particulière eu égard aux conséquences de la récente crise financière internationale ayant entraîné de nombreuses faillites bancaires. La réforme en cours intervient donc dans un contexte singulier. Selon Lucas Abaga Nchama, au fil des années, le cadre réglementaire de la Cobac s’est révélé insuffisant pour traiter efficacement les difficultés des établissements de crédit et de microfinance, du fait de la spécificité de l’activité de ces établissements. Vendredi dernier à Douala, professionnels des établissements de crédit et de microfinance ont ainsi été informés de ce que la Cobac, dans son souci permanent d’arrimer le dispositif de supervision de la Cemac aux meilleurs standards internationaux, a jugé opportun de renforcer et de clarifier le cadre de prévention et de résolution des crises bancaires dans la sous-région.
Dans le détail, le règlement permet de travailler de façon à mieux anticiper de telles crises et à en contenir les effets, à faciliter les opérations de restructuration et d’assainissement, à maximiser les chances de survie des établissements en difficulté et à minimiser, au demeurant, les risques pour les déposants et les pouvoirs publics. Il est en tout cas question pour la Cobac d’assurer une plus grande stabilité au système bancaire de la sous-région (51 banques en activité). Il n’est pas superflu d’indiquer que ce règlement prévoit et définit quatre techniques de traitement des difficultés des établissements de crédit et de microfinance. Il s’agit de l’assainissement qui a pour objectif le retour de l’établissement aux conditions normales d’exploitation à travers la prescription de trois mesures notamment, les mesures préventives, disciplinaires et de restructuration, du règlement préventif qui pourra permettre d’auditionner les actionnaires sur les mesures à mettre en place, du redressement judiciaire pour les établissements qui ne sont pas placés sous le régime de l’administration provisoire ou de la restructuration spéciale et enfin de la liquidation qui est un régime appliqué lorsque la situation de l’établissement revêt une criticité certaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire