5.04.2015

Décentralisation, il faut rectifier le tir

Résultat de recherche d'images pour "décentralisation au Cameroun"
René Emmanuel Sadi
Annonce faite par René Emmanuel Sadi en ouvrant les travaux du comité interministériel des services locaux, hier à Yaoundé.
« La décentralisation  n’a de sens et de pertinence que si les compétences transférées par l’Etat aux communes et aux communautés urbaines sont exercées et assumées du mieux possible, et si les ressources sont mises à disposition à temps et gérées avec le plus grand soin, dans l’intérêt bien compris des populations à la base». Affirmation
de René Emmanuel Sadi,  ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd). Il s’exprimait ainsi hier en sa qualité de président du comité interministériel des services locaux (CISL). Or, s’agissant du transfert complet de l’ensemble des compétences aux collectivités territoriales décentralisées qui est en cours depuis janvier, le Minatd fait un bilan mitigé du travail abattu jusqu’ici. Pour René Emmanuel Sadi, «s’il y a lieu de se féliciter des avancées significatives enregistrées dans la mise en œuvre du processus en cours, force est de reconnaître que beaucoup reste à faire ».

A ce sujet, entre le 24 septembre 2014, date de la dernière session du CISL, et hier 29 avril 2015, quand le CISL se réunissait à nouveau, on n’a pas suffisamment progressé. Il y a sept mois en effet, 12 ministères (Arts et Culture, Affaires sociales, Education de base, Eau et Energie,  Emploi et Formation professionnelle, Environnement et Protection de nature, Habitat et Développement urbain, Jeunesse et Education civique, Santé publique, Transport, Commerce, Mines, Industrie et Développement technologique) étaient concernés par un tableau des compétences restant à transférer aux communes en 2015. Le secrétariat technique permanent du CISL a été instruit « de rendre opérationnel lesdits transferts au plan juridique, par la préparation, en vue de leur sanction par l’autorité compétente, des textes d’encadrement, décrets et cahiers de charge ». Et selon le rapport du secrétariat permanent, seulement deux décrets ont été signés en janvier dernier par le Premier ministre, chef du gouvernement. L’un émanant du Minas et l’autre du Minefop. Par ailleurs, cinq projets de décrets ont été finalisés et transmis dans les services du Pm pour la suite de la procédure. Ils concernent le Minac, le Minjec, le Mincommerce, le Minepded et le Minmidt. Tandis que quatre projets de textes émanant des Minee, Mindhu, Mintransport, et Minsanté ont été examinés et « attendent d’être validés ».
Fort du constat que plusieurs aspects de cette décentralisation tardent à  se matérialiser, le CISL a donc entrepris d’élaborer une nouvelle stratégie nationale de décentralisation. « Un document devant servir de référence voire de boussole, pour orienter et guider nos différentes actions, pour l’atteinte d’objectifs identifiés et bien définis. Un document de référence qui va contribuer à imprimer plus de cohérence et d’harmonie dans la conduite du processus », a expliqué René Emmanuel Sadi dans son discours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire