4.23.2015

Partenariat public-privé: Près de 200 millions pour quatre coopératives

Résultat de recherche d'images pour "Cameroun AND  gingembre en poudre"Par Marilyne NGAMBO, Cameroon Tribune
Les conventions de subvention signées entre le Minresi et les quatre opérateurs pour la valorisation des résultats de la recherche hier à Yaoundé. Ils sont quatre opérateurs privés sélectionnés pour leurs idées novatrices et génératrices d’emplois. Il s’agit de la Coopérative agro pastorale des femmes rurales du Littoral, de l’Ouest et du Sud-Ouest pour leur projet de production, transformation du gingembre en poudre, boissons et huiles essentielles qui reçoit un financement de 50 millions de F.
L’Agro-Pme, elle, bénéficie de 49 340 000 F pour son projet de valorisation des sous-produits agricoles issus des séchoirs artisanaux en alimentation animale. Celui-ci vise à améliorer le coût d’accès et la qualité de l’alimentation animale à travers la valorisation des déchets de cacao et de banane. Aussi, le Centre technique de Garoua a-t-il présenté son projet de développement et promotion d’équipements agro-alimentaires adaptés au Nord Cameroun, dont le principal défi est l’accès à coût réduit aux équipements agroalimentaires adaptés. 50 000 000 F lui ont été accordés pour ce faire. Enfin, LES Taless-Siemef a reçu la même somme pour améliorer la productivité et la qualité du riz au Cameroun.
Ces financements font suite à la signature de quatre conventions de subvention d’un montant total de 199 340 000 F sur fonds C2D, entre le ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi) et les quatre partenaires privés hier à Yaoundé. Les conventions signées permettront à ces coopératives de mettre en œuvre, dès ce mois et sur une période de deux ans, des projets de recherche-développement dans le domaine de la production, de la transformation et de la commercialisation agricole au Cameroun. Au cours de la cérémonie de signature, le Minresi, Madeleine Tchuinté, a indiqué que ces contrats offriront « de nouvelles formes de mise à la disposition des entreprises privées camerounaises des résultats de la recherche publique ». Dans la même lancée, le directeur de l’Agence française de développement, Hervé Conan, a affirmé : « les quatre entreprises ont été sélectionnées sur une base compétitive visant à favoriser les relations entre entreprises et chercheurs pour développer de nouveaux produits ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire