4.08.2015

La cimenterie camerounaise du milliardaire nigérian Aliko Dangote entre en production

La cimenterie camerounaise du milliardaire nigérian Aliko Dangote entre en productionDepuis trois semaines, les opérations de production ont été effectivement lancées à la cimenterie Dangote de Douala, la capitale économique du Cameroun. Les produits de la 3ème cimenterie du pays seront commercialisés dans les tout prochains jours sur l’ensemble du territoire camerounais, apprend-on
de sources internes à l’entreprise.
Les responsables d’une importante société de distribution de matériaux de construction du pays, qui négocient actuellement des approvisionnements avec les services commerciaux de la nouvelle cimenterie, annoncent d’ailleurs que la fiche des prix indique que le ciment Dangote sera vendu au consommateur final à Douala, au prix de 4450 FCfa le sac de 50 Kg. Soit 150 FCfa de moins que le prix du sac de ciment produit par Cimencam (4600 Fcfa), et 50 FCfa de plus que le ciment Cimaf (4400 Fcfa), produit localement par le Marocain Addhoha.
D’un million de tonnes au départ, ce sont finalement 1,6 million de tonnes de ciment qui sortiront annuellement des équipements de Dangote Cement Cameroun, selon les statistiques révisées au terme de l’implantation de l’usine. En clair, le groupe Dangote lancera sa cimenterie camerounaise avec une production égale à celle des Cimenteries du Cameroun (Cimencam), filiale du groupe Lafarge, qui a été en situation de monopole sur le marché du ciment au Cameroun pendant près de 50 ans.
Investissement d’un montant de 50 milliards de francs Cfa, la cimenterie Dangote de Douala, selon ses responsables, emploiera permanemment 77 Camerounais, 11 expatriés et environ 250 ouvriers temporaires chaque mois. Elle contribuera surtout à porter la production nationale de ciment de 2,1 millions de tonnes (1,6 million de tonnes pour Cimencam et 500 000 tonnes pour Cimaf du groupe Addoha) à 3,7 millions de tonnes, permettant ainsi de couvrir la demande nationale et d’exporter vers les pays de la sous-région. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire