3.23.2015

Les centres d'appels «homeshore» débarquent en France

Contrairement aux conseillers clientèle en centre d'appels, les agents sont indépendants et ont le statut d'autoentrepreneur.Cette nouvelle forme d'emplois, importée des États-Unis, permet aux salariés une grande souplesse dans leurs horaires.
Après les centres d'appels «offshore», délocalisés à l'étranger, qui ont tant fait parler d'eux, voilà désormais les plateformes «homeshore», qui offrent le grand avantage de conserver les emplois en France. Le principe est simple: les chargés de prospection
et de relation client travaillent de leur domicile, muni d'un casque téléphonique, d'un ordinateur et d'un accès Internet. Ils peuvent choisir de répondre à des appels téléphoniques ou plutôt de traiter des e-mails. Les missions sont multiples, allant de la prospection commerciale en passant par la prise de rendez-vous médicaux, ou le secrétariat à distance, etc.
Contrairement aux conseillers clientèle en centre d'appels, les agents sont indépendants et ont le statut d'autoentrepreneur. Le système permet une grande souplesse dans les horaires et attire de ce fait étudiants, retraités, mères au foyer… «Ces emplois indépendants s'adressent à des personnes qui souhaitent adapter leurs contraintes professionnelles à leurs obligations personnelles, ou qui ont besoin d'un revenu complémentaire comme des personnes exerçant une activité type maison d'hôtes ou qui sont en création d'entreprise, explique Didier Ferrier, patron de la société Eodom, pionnière sur ce nouveau marché. Nous avons la capacité de leur apporter du flux, comme des apporteurs d'affaires, c'est eux qui déterminent combien de temps ils veulent travailler puis nous facturent leur prestation.»
Créée en 2007, sa PME connaît une croissance de 35 % par an et réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros. Basée à Boulogne- Billancourt, la société emploie 40 personnes et s'appuie sur un réseau de 750
agents indépendants. Il recherche actuellement une centaine d'agents supplémentaires. «Ce business model, qui est largement répandu aux États-Unis et en Angleterre, séduit de plus en plus d'entreprises pour la gestion de leur relation client, car il répond à un besoin de flexibilité et de qualité», explique le patron d'Eodom, qui compte parmi ses clients Chronopost, M6Boutique, Groupe Moniteur, Rue du Commerce, Oscaro.com… Une chose est sûre: même si l'emploi salarié reste morose, il existe des opportunités nouvelles d'emploi à inventer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire