3.23.2015

A Françoise Foning, la Nation reconnaissante

Par Jean Francis BELIBI, Cameroon Tribune
obseques-francoise-foningInhumée samedi dernier en présence du Premier ministre, représentant personnel du chef de l’Etat, elle a été élevée à la dignité de Grand cordon du mérite camerounais à titre posthume.
Jonhy-Baleng, dans l’arrondissement de Nkong-Ni, département de la Menoua dans la région de l’Ouest, samedi dernier.
Philemon Yang est annoncé pour la remise de la distinction honorifique décidée par le chef de l’Etat, en l’honneur de la regrettée Françoise Foning. Une petite pluie commence à jeter ses gouttes. Des applaudissements fusent. Le Premier ministre, chef du gouvernement, représentant personnel du président de la République à ces obsèques officielles va poursuivre le cérémonial. Sous les youyous des femmes et les applaudissements des milliers de personnes qui ont fait le déplacement de la chefferie Bafou. Françoise Foning est élevée à la dignité de Grand cordon de l’Ordre national du mérite camerounais à titre posthume. C’est l’avant-dernier acte, qui intervenait avant le dépôt du cercueil dans le mausolée construit par les enfants de celle qui, jusqu’au 23 janvier 2015, était encore maire de Douala V, membre titulaire du Comité central du RDPC, présidente de la section RDPC du Wouri V, présidente honoraire des femmes chefs d’entreprises mondiales. Bafou-Baleng pleure l’« une de ses filles les plus illustres », comme l’a souligné quelques minutes auparavant, Victor Kana III, chef supérieur Bafou. Une page de l’histoire de cette petite contrée vient de se tourner.
Résultat de recherche d'images pour "foning francoise au Cameroun"Françoise Foning a ainsi rejoint la terre de ses ancêtres à l’issue d’une cérémonie dense et qui aura fait courir des milliers de personnes d’ici et d’ailleurs. Membres du gouvernement, des milieux d’affaires, les dames du Cercle des amis du Cameroun (CERAC), les militants du RDPC, des personnalités venues de l’étranger et des anonymes. Une cérémonie qui a été ouverte par un office religieux œcuménique, pour marquer le caractère multidimensionnel de cette femme. Un culte au cours duquel, l’Imam de Dschang, le président de l’Eglise évangélique du Cameroun, le Révérend Isaac Batomen Henga et l’évêque du diocèse de Bafoussam, Mgr Dieudonné Watio ont appelé les parents, amis, camarades du parti et autres à ne pas se laisser dominer par le poids de la mort. Près d’une dizaine de témoignages a ensuite ponctué la cérémonie. « Elle avait des capacités insoupçonnées et elle faisait plus que ce l’on attendait d’elle », dira, émue, Linda Yang. La coordonnatrice générale du Cercle des amis du Cameroun (CERAC) dont la défunte était vice-présidente, évoquera l’attachement de Françoise Foning à Mme Chantal Biya et au chef de l’Etat Paul Biya. On comprendra dès lors la gratitude des enfants Foning à l’endroit du président de la République par la voix du fils aîné Salomon. Il remerciera Paul Biya pour avoir su rendre à leur mère cette fidélité et cet attachement, en décidant d’organiser en son honneur des obsèques officielles au cours desquelles il s’est fait représenter par le Premier ministre Philemon Yang.
Au nom du RDPC, Jean Nkuete, le secrétaire général du Comité central parle de Françoise Foning, comme une de ces militants « dont l’honneur du parti n’avait pas de prix… Le parti coulait dans ses veines comme le sang coule dans le nôtre ». Le message de circonstance du président de la République a été lu par le préfet du département de la Menoua, Joseph Bertrand Mache.>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire