12.21.2014

Modernisation de l’agriculture camerounaise : la Banque mondiale accorde 50 milliards de FCFA pour le développement des marchés agricoles

L’accord de prêt signé ce 15 décembre 2014 à Yaoundé par le MINEPAT et le Directeur des opérations de la Banque mondiale.
Modernisation de l’agriculture camerounaise : la Banque mondiale accorde 50 milliards de FCFA pour le développement des marchés agricoles Renforcer la compétitivité des produits camerounais sur le marché national et international, c’est le sens de l’accord signé par le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI et le Directeur des opérations de la Banque mondiale au Cameroun, M. Gregor BINKERT.
Cet accord d’un montant de 100 millions de dollars US, soit environ 50 milliards de FCFA, est destiné au financement du Projet d’Investissement et de Développement des Marchés Agricoles (PIDMA).
C’était en présence du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), M. ESSIMI MENYE, du Secrétaire général du MINEPAT et des  représentants du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et d’ONUfemmes.
Dans son propos, M. BINKERT a affirmé que le PIDMA devra bénéficier à plus de 120 000 petits agriculteurs hommes et femmes regroupés au sein des coopératives. Il apportera aux agriculteurs l’assistance technique nécessaire en mobilisant divers partenaires ou prestataires, notamment les services de recherche qui fourniront aux producteurs des semences améliorées  et des technologies agricoles plus performantes.
Le MINEPAT a salué ce précieux concours qui s’inscrit en droite ligne de la densification des relations entre le Cameroun et la Banque mondiale. Selon lui, cette opération, conçue sous forme d’un modèle inclusif d’agro-business, repose sur le développement de la compétitivité des chaînes de valeur du maïs, du manioc et du sorgho et la mise en relation directe des producteurs organisés en coopératives avec les agro-business qui sont les acheteurs.  A travers ce projet, il est question pour les autorités publiques de passer d’une agriculture de subsistance et de faible compétitivité, à une agriculture compétitive et orientée vers la commercialisation et l’industrialisation. Le PIDMA s’exécutera dans les bassins de production agricoles ciblés dans les 05 zones agro-écologiques suivantes :
-         La zone soudano-sahélienne pour le sorgho et le maïs ;
-         La zone forestière bimodale pour le maïs et le manioc ;
-         La zone forestière monomodale pour le manioc et le maïs ;
-         La zone des hauts plateaux pour le maïs ;
-         La zone de haute savane guinéenne pour le maïs.
Pour la pleine réussite de ce projet, le MINEPAT a invité les jeunes diplômés des écoles d’agriculture, de saisir les opportunités d’emplois qu’offre le PIDMA. Aussi, a-t-il engagé les animateurs de ce projet à arrêter un programme rigoureux des actions dont l’évaluation se fera trimestriellement.
Rappelons que le PIDMA est une initiative conjointe du gouvernement camerounais, de l’Association internationale pour le développement (AID) et la Société financière internationale(SFI). Etalées sur 05 ans, les activités de ce projet seront axées sur les investissements dans les domaines de la productivité, de la production, de la transformation, de la commercialisation et des services dérivés des produits des filières concernées. A ce jour, plusieurs conventions de partenariat ont déjà été signées entre le MINADER et divers acteurs clés du projet (Guinness Cameroun, Nestlé, Afriland First Bank, BICEC…).
Source: MINEPAT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire