11.26.2014

Le Cameroun discute avec ses partenaires au Développement

Par J.B. KETCHATENG, Cameroon Tribune, 25-11-2014
La revue de la coopération internationale ouverte lundi s’intéresse à son adaptation au DSCE.
Quatre jours durant, des officiels camerounais et de la coopération internationale vont évaluer l’impact du rapport que Yaoundé entretient avec divers pays et organismes mondiaux dans l’optique de développer le Cameroun. Cette seconde revue conjointe de la performance du partenariat au développement, après celle de 2012, est organisée depuis hier à Yaoundé autour de quelques objectifs et lignes directrices que le ministre Emmanuel Nganou Djoumessi
, en charge de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) a résumés aux participants.
La revue, a-t-il expliqué, est une plate-forme de dialogue et de confrontation d’idées. Elle permet généralement de rendre meilleurs les échanges coopératifs entre le Cameroun et ses partenaires, conformément au processus international créé à cette fin depuis 2011. De telle sorte que pour le commun des Camerounais, la croissance économique de retour (5,6% en 2013) se matérialise dans la vie quotidienne, tout en maintenant sa courbe ascendante, et le plus longtemps possible. 
Les experts devront tout d’abord apprécier l’exécution des recommandations du dernier exercice de ce type. Il avait en effet été question d’appropriation insuffisante des programmes et projets de développement, d’harmonisation des interventions, de gestion axée sur les résultats… Certes, depuis lors, les réformes conduites dans le secteur des finances publiques par exemple, sont notables, a relevé la coordonnatrice du Système des Nations unies au Cameroun, Najat Rochdi, au nom de l’ensemble des partenaires au développement. Mais, s’est-elle empressée d’ajouter, « nous pouvons faire mieux », dans un environnement international subitement dégradé à cause du terrorisme de Boko Haram, des inondations, de l’afflux de réfugiés...
Aujourd’hui, pour faire quelques pas en plus, en vue de mettre en œuvre le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE), la rencontre de Yaoundé se penchera sur la gouvernance, les infrastructures, les industries et services, le développement social et celui du monde rural. Le ministre Nganou Djoumessi a spécialement prié l’assemblée de se pencher sur les questions subséquentes de la faible compétitivité du secteur productif national et du coût élevé des facteurs de production.
En marge de la revue, le Minepat a par ailleurs signé avec l’ambassadeur de France et le directeur de l’Agence française de développement une convention de subvention d’environ 40 milliards de F. L’aide servira notamment à améliorer la mobilité dans les villes de Bafoussam, Bertoua et Garoua.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire