11.26.2014

La zone Cemac souffre d’un excès de liquidités, alors que l’activité économique est peu financée

La zone Cemac souffre d’un excès de liquidités, alors que l’activité économique est peu financéeMis à part la République centrafricaine (RCA), tous les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) sont actuellement producteurs de pétrole et souffrent d’un excès de liquidités, qui nuit à leur politique monétaire.
«L'excès de liquidités devrait être réduit pour renforcer les canaux de transmission de la politique monétaire», a confié Mario de Zamaroczy, chef d’une mission du FMI
auprès de la Cemac et du Cameroun. C’était le 7 novembre 2014 à Yaoundé, au cours d’une séance de travail avec le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac).
En effet, selon le FMI, les banques commerciales et les établissements de microfinance de la Cemac sont surliquides, alors que l'activité économique dans cet espace communautaire n’est pas suffisamment financée. Pour M. de Zamaroczy, «les banques ne prêtent pas assez parce qu'elles n'ont pas un système de garantie suffisamment efficace pour octroyer des crédits».
Aussi, préconise-t-il, faut-il «réformer le cadre régional de surveillance budgétaire actuel, pour assurer la viabilité à long terme des pays riches en pétrole de la Cemac». Le chef de la mission du FMI suggère également de mettre en œuvre une application plus stricte des normes prudentielles et d'accélérer la restructuration des banques non viables. Pour rappel, la Cemac regroupe le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Tchad, la Guinée équatoriale et la RCA. 
Source: InvestirauCameroun, 10-11-2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire