11.02.2014

La culture en commun en Afrique centrale

Par Sorèle GUEBEDIANG, Cameroon Tribune, 31-10-2014
celebration-culture-afrique-centraleLe document de stratégie sous-régionale présenté jeudi à Yaoundé par le ministre Ama Tutu Muna vise la promotion des industries culturelles.
Les Etats de l’Afrique centrale ont réaffirmé leur détermination à faire de la culture le socle du développement intégral de leurs pays respectifs.
Et c’est dans cette perspective qu’ils se sont réunis jeudi à Yaoundé afin de présenter la stratégie sous-régionale de développement et de promotion de la culture en Afrique centrale. Ont pris part à cette cérémonie présidée par le ministre des Arts et de la Culture, Ama Tutu Muna, le secrétaire général adjoint de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac), Crispin Jaime Sangale Rondo, le directeur du Bureau régional pour l’Afrique centrale de l’Organisation internationale de la Francophonie, Kanel Engandja Ngoulou et le ministre centrafricain du Tourisme et de la Promotion des Arts et de la Culture, Romaric Viomtiade.  Il s’agit d’une stratégie qui vise non seulement à renforcer l’intégration culturelle des peuples mais aussi à contribuer au développement économique des Etats-membres. Elle se décline en six axes stratégiques parmi lesquels : l’aide des acteurs culturels à vivre de leur art ; la mise de la culture au centre des préoccupations des chefs d’Etat de la Ceeac, l’adoption d’une stratégie de lutte contre la piraterie ; le développement de l’entreprenariat local et la lutte contre la pauvreté.
« Avec la stratégie disponible aujourd’hui, on peut raisonnablement envisager désormais des entreprises multinationales dans le secteur de la culture, mettant à contribution les ressources financière, matérielle et humaine des différents pays de la sous-région », a déclaré le Minac. En guise d’illustration, la Ceeac a déjà accepté d’accompagner le Cameroun dans l’organisation du Salon du Livre, à partir de l’édition 2015. Ainsi, cette manifestation sera le point-phare de l’action culturelle sous-régionale, mettant en synergie les différentes expertises pour le rayonnement culturel de la sous-région. Pour Crispin Jaime Sangale Rondo, ce document vise aussi à évaluer de manière concrète et pratique la faisabilité du dispositif de sa mise en œuvre. « La rencontre de Yaoundé permet d’établir les bases consensuelles de l’implémentation de cette stratégie qui aidera les Etats à valoriser la propriété intellectuelle, le droit d’auteur et à rendre visible le statut d’artiste », a-t-il indiqué. Ainsi, les Etats-membres pourront à travers cette boussole s’unir autour d’un même idéal de culture, dont les similitudes varient d’un pays à un autre pour en faire un outil véritable de développement et d’intégration sous-régionale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire