10.24.2014

Le secteur informel invité à souscrire la Pension-vieillesse

Par Sorèle GUEBEDIANG, Cameroon Tribune, 23-10-2014
L’engagement est volontaire. La campagne de sensibilisation y relative lancée mercredi à la Cnps.
 Les acteurs de l’économie informelle à l’instar des chauffeurs de taxi, call-boxeurs, travailleurs issus des professions libérales (avocats, pharmaciens, etc.), bayam-sellam… ont pris d’assaut  la salle des conférences de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) mercredi à Yaoundé. C’était à l’occasion du lancement
de la campagne d’information et de sensibilisation à la souscription à l’assurance volontaire aux pensions de vieillesse, d’invalidité et de décès (Pvid). Opération lancée par le directeur général de la Cnps, Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame.
Jacques Assomo, employeur, est venu s’informer pour ses trois employés. « J’ai écouté l’annonce de cette nouvelle offre de la Cnps dans une radio et cela m’a intéressé de savoir comment souscrire pour mon personnel et moi-même. En plus de ma petite structure d’informatique, je travaille dans un atelier d’une entreprise de presse et je n’ai pas encore de matricule et ça m’inquiète pour mes vieux jours. On ne restera pas éternellement jeune », explique l’homme d’une trentaine d’années. « Tout le monde ne peut pas souscrire. Cette assurance est ouverte aux personnes ayant une capacité contributive dont l’assiette n’est pas inférieure au Smig (Salaire minimum inter garanti) c’est-à-dire à partir de 37 000 F », a expliqué Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame. Sont donc exclus : les personnes âgées de 60 ans, puisque c’est l’âge officiel de la retraite, et celles ne pouvant pas cotiser pendant 15 ans et plus. A ceux qui vont souscrire volontairement, 7% seront prélevés tous les mois sur le montant déclaré. Et le plafond des salaires se situe à 300 000 F. Pour Marie Mballa Biloa, présidente de l’Association des bayam-sellam de Yaoundé (Asby), cette initiative est louable et devrait encourager les jeunes à prendre leurs dispositions dès à présent.
Selon Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, dès le 1ernovembre prochain, les souscriptions vont démarrer dans toutes les 33 structures de la Cnps à travers le pays. « Elles pourront recevoir et traiter avec l’habituelle diligence, les dossiers de toute personne désireuse de s’affilier à l’assurance volontaire », a-t-il rassuré. Entre autres pièces à fournir afin de souscrire : une demande sur imprimé Cnps, un plan de localisation du domicile ou de la structure où s’exerce l’activité, les justificatifs de revenus, les copies certifiées des actes de naissance des enfants et de mariage. Comme avantages, le travailleur qui souscrit en pleine liberté  peut entre autres faire évoluer son taux de cotisation en fonction des progrès de ses revenus. Il a aussi la possibilité de cotiser en avance sur un an. Cette nouvelle approche permettra d’après la Cnps à plus de 80 % de Camerounais de s’affilier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire