9.22.2014

Une CAN au Cameroun 43 ans après

Par Angèle BEPEDE, Cameroon Tribune, 21-09-2014
Le pays a été désigné samedi dernier en Ethiopie, comme hôte de ce tournoi, par le Comité exécutif de la CAF.
La CAN 2019 se jouera donc au Cameroun. La nouvelle est tombée samedi dernier. L’attribution de l’organisation de la 32e coupe d’Afrique des nations a été faite au Cameroun, après l’unique tournoi organisé en 1972. D’après le président de la Confédération africaine de football
au cours d’une conférence de presse samedi à Addis-Abeba, « les conclusions de la mission d’évaluation de la CAF (18-22 mai 2014) et la présentation du dossier de candidature (vendredi 19 septembre)», ont milité en la faveur du choix du Cameroun. Et c’est d’ailleurs en grande partie pourquoi les 14 membres permanents du Comité exécutif se sont prononcés en faveur du Cameroun. Le vote est secret. Difficile d’avoir les résultats puisque les travaux se passent à huis-clos. Le pays ne postulait que pour cette CAN là, au même titre que la Côte d’Ivoire, la Guinée et la Zambie. Entendu que, d’après l’ambassadeur d’Algérie au Cameroun, le pays visait celle de 2017 après le retrait de l’organisation à la Libye pour cause d’instabilité. Il y a aussi la RDC dont le retrait de la candidature était effectif.
Face à ces trois autres concurrents, il fallait convaincre les 14 membres du Comité exécutif. C’est pourquoi, dans un dossier technique en béton, le secrétaire général de la Fédération camerounaise de football, Tombi à Roko Sidi, a présenté les atours de chacune des cinq villes choisies (Yaoundé, Douala, Bafoussam, Limbé et Garoua) pour abriter le tournoi, après le passage des inspecteurs de la CAF en mai dernier. Ce dernier était d’ailleurs membres d’une délégation de 20 personnes avec à sa tête, le ministre des Sports et de l’Education, Adoum Garoua. Outre un exposé, une projection vidéo présentant les charmes du pays a été faite. Un documentaire habillé par la musique du légendaire saxophoniste camerounais, Manu Dibango.
Dans le dossier technique-Cameroun, sont mis en évidence les infrastructures réalisées et celles à réaliser et/ou réaménager. Actuellement, le stade de Limbé (20 000 places), est le seul répondant aux normes de la Fédération internationale de football association. Le terrain de Bafoussam, le stade de Kouekong, lui en cours de construction, sera également de 20 000 places. A Yaoundé, outre le stade Omnisports (48 000 places) à rénover, le chantier du stade d’Olembé (60 000 places) sera lancé incessamment. A Douala, on parle du réaménagement du stade Omnisports et la construction de celui de Bwang Bakoko (50 000 places). A Garoua, le stade Roumdé Adja (15 000 places) sera rénové. Dans chacun de ces sites, il est prévu des terrains d’entraînement. Devant la CAF, le Cameroun a pris l’engagement de mettre à niveau, le plateau technique des hôpitaux retenus, tel que recommandé. En plus, hôtels, Télécoms, routes, aéroports seront rénovés ou construits.
La CAF a également désigné la Côte d’Ivoire, comme pays hôte de la CAN 2021, la Guinée pour celle de 2023. L’Algérie, d’après certaines sources, pourrait être héritière « légitime » du tournoi de 2017 dont l’annonce du pays hôte est prévue pour 2015. En tout cas pour 2019, le compte à rebours de l’organisation est lancé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire