9.25.2014

Les retombées des Journées économiques du Cameroun au Canada

Par Félicité BAHANE N., Cameroon Tribune, 24-09-2014
Une quinzaine de protocoles d’accords signés le 19 septembre dernier à Montréal entre les entreprises canadiennes et les autorités camerounaises.
Le secrétaire général des services du Premier ministre, Louis-Paul Motaze, vient de conduire une délégation camerounaise constituée d’une trentaine de personnalités, dont les ministres en charge des Finances, de l’Economie, du Commerce et de l’Energie, aux Journées économiques du Cameroun, tenues le 19 septembre dernier
à Montréal au Canada. Placées sur le thème : « Faire des affaires au Cameroun : le temps d’investir », ces Journées étaient organisées par le Haut-commissariat du Cameroun au Canada et la firme Afrique Expansion, spécialisée dans la communication d’affaires avec le continent noir. A l’issue de l’évènement, « plus d’une quinzaine d’ententes de partenariat ont été signées entre les entreprises canadiennes et les autorités camerounaises. Lesquelles touchent principalement les secteurs de l’énergie, des transports, du tourisme, les services ainsi que le développement et la transformation du bois », confie Pierre Côté, directeur des communications d’Afrique Expansion. Et de préciser que « le montant de ces ententes est difficile à chiffrer, puisqu’il s’agit d’engagements pris de part et d’autre ».
Energie
Dans son bilan de ces assises, Basile Atangana Kouna, ministre en charge de l’Energie a souligné : « Le Cameroun entend devenir un géant de l’hydro-électricité en Afrique. Et son potentiel dans ce secteur est énorme. Mais nous voyons plus grand. Le solaire et le charbon font également partie de la solution pour notre pays. Nous souhaitons augmenter le niveau de l’investissement, tant dans les infrastructures que le transfert de technologies ». C’est ainsi que des mémorandums d’entente ont été signés avec plusieurs entreprises du secteur, à l’exemple des « Charbons de bois feuille d’Erable écologique de biomasse », qui pourraient implanter une usine de production de charbon écologique au Cameroun.
Mines
Le secteur des mines a également retenu les attentions à Montréal. Selon Fuh Calixtus Gentry, secrétaire d’Etat auprès du ministre en charge des Mines, « des projets de plusieurs milliards de dollars sont déjà lancés dans le pays et ce n’est que le début. Nous visons aujourd’hui un financement accru de la recherche et une augmentation de la transformation locale à un seuil minimal de 15% ».
Habitat
Aux éventuels investisseurs canadiens, Rose Dibong, secrétaire d’Etat auprès du ministre en charge de l’Habitat a indiqué que « Le Cameroun est ouvert au business », étant entendu qu’il faut développer les villes secondaires et mettre en place une urbanisation planifiée et ordonnée qui permette de maximiser les ressources du pays, notamment l’important secteur agricole. Selon elle, « le déficit en logement atteint les deux millions à l’échelle nationale. Nous souhaitons des projets de masse à grand déploiement, des logements sociaux subventionnés mais également des développements haut de gamme pour une clientèle qui a les moyens de se l’offrir ».
Louis-Paul Motaze a invité les investisseurs canadiens à découvrir le Cameroun, tout en indiquant que « le pays recherche particulièrement l’expertise canadienne dans les domaines de l’agriculture, l’énergie et les transports. » Il est à noter qu’avant Montréal, la délégation camerounaise était à Toronto, où s’est ouvert le 15 septembre, le premier Sommet des affaires Canada-Afrique. Au départ du Québec, Louis-Paul Motaze a dressé un bilan positif du séjour, affirmant que « l’objectif était de faire connaître le Cameroun aux entreprises canadiennes et présenter notre stratégie de développement. Nous sommes fiers de dire que nous avons reçu une oreille attentive qui ouvre la porte à de nombreux partenariats futurs ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire