9.30.2014

La Vice-présidente du conseil fédéral suisse chez Paul Biya

Par MONDA BAKOA, Cameroon Tribune, 29-09-2014
paul-biya-recois-simonetta2Simonetta Sommaruga et le chef de l'Etat ont essentiellement parlé de migrations.
L'audience de samedi au palais de l'Unité survenait au lendemain de la signature à Yaoundé de deux accords entre le Cameroun et la Suisse. Le premier texte porte sur l'exemption de visas d'entrée pour certaines catégories de personnalités. A partir de cette nouvelle donne, les titulaires de passeports diplomatiques ou de service camerounais n’auront plus besoin de visa pour se rendre en Suisse pour une durée déterminée. Et vice versa.
Le second accord signé la veille offre un cadre de lutte contre l’émigration irrégulière.
La Vice-présidente du conseil fédéral suisse, par ailleurs conseillère fédérale, cheffe du département fédéral de Justice et Police, Simonetta Sommaruga,  était accompagnée de Mario Gattiker, secrétaire d'Etat désigné, directeur de l'office de Migrations et de Claude Altermatt, ambassadeur de Suisse au Cameroun. Côté camerounais, le ministre, secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, prenait part à cette audience. C'est du reste lui qui a accueilli la vice-présidente de la confédération suisse au perron du palais de l'Unité, dans une verdure tapissée de jardins fleuris,  à l'alentour de magnifiques jets d'eau. Avant de la conduire auprès du chef de l'Etat, sur tapis rouge, à travers une haie d'honneur constituée d'éléments de la garde présidentielle.
L'audience a duré 90 minutes. Elle s'est achevée par un échange de cadeaux. Le chef de l’Etat a offert à son hôte une perle de l’artisanat camerounais.
A sa sortie du palais de l'Unité, Simonetta Sommaruga, après avoir exprimé sa satisfaction, au sujet de l'accueil  reçu du président Paul Biya, démontrant "des liens très forts" entre le Cameroun et la Suisse, mais aussi sur l'entretien très chaleureux", n'a pas fait mystère de ce que l’entretien ait essentiellement porté sur les migrations. Il s'agit aujourd'hui, à son avis, d'un défi pour tous les pays, ajoutant qu'elle a échangé avec le chef de l'Etat à ce propos, s'agissant du Cameroun qui fait face à ses frontières d'un afflux de réfugiés conséquent à l'instabilité créé dans le voisinage par la crise centrafricaine et le phénomène Boko Haram au Nigeria.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire