9.12.2014

La Chine propose son expérience dans la Protection des consommateurs

Par Félicité BAHANE, Cameroon Tribune
En visite de travail à Yaoundé, le vice-ministre Liu Yuting en a parlé mercredi avec le gouvernement camerounais.
Liu Yuting, vice-ministre de l’Administration d’Etat de l’Industrie et du Commerce de la République populaire de Chine (SAIC) a tour à tour été reçu en audience mercredi par Emmanuel Bondé, ministre de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique (Minmidt) et Luc Magloire Mbarga Atangana,
ministre du Commerce (Mincommerce). Des rencontres avec ses pairs camerounais, programmées en marge de sa visite de travail de trois jours (du 9 au 11 septembre 2014), à l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). Au Minmidt, « les échanges ont notamment portées sur la recherche et l’exploration des mines, mais aussi du renforcement de la coopération bilatérale dans le secteur de l’industrie », a expliqué Liu Yuting au sortir du huis clos avec Emmanuel Bonde. Du côté du Mincommerce, les échanges particulièrement denses ont été dominés par les questions de protection des droits des consommateurs, l’une des principales missions du SAIC.
Selon le vice-ministre chinois, « la protection des consommateurs est avant tout une responsabilité du gouvernement. Vient ensuite les producteurs et le consommateur lui-même qui devrait être exigeant sur la qualité et l’authenticité du produit qu’il achète ». La protection de la propriété intellectuelle était également à l’ordre du jour. Luc Magloire Mbarga Atangana a souligné pour sa part que les Camerounais consomment beaucoup les produits chinois qu’ils apprécient notamment grâce à leurs coûts accessibles. « Mais il serait bon de voir également les produits camerounais sur le marché chinois », a souhaité le Mincommerce. Relevant que le pays exporte essentiellement trois produits vers la Chine : le coton, le bois brut et le bois sciés. Il a alors demandé à son hôte de sensibiliser les entreprises chinoises sur le potentiel du marché national et sous régional, pour qu’ils investissent dans la transformation des produits locaux tout en promouvant le label Cameroun. Liu Yuting se montre rassurant, signalant au passage que les investissements locaux peuvent également apprivoiser le marché chinois, où on compte déjà 18 entreprises camerounaises installées.>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire