9.17.2014

Incitations à l’investissement : 13 entreprises vont miser 180 milliards de Fcfa sur le Cameroun

Le ministre camerounais des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, Emmanuel Bondé , a procédé le 9 septembre 2014 à Yaoundé, la capitale du pays, à la signature de conventions d’investissements avec 13 entreprises nationales et internationales, pour un montant total de 180 milliards de francs Cfa.
Ces entreprises des secteurs aussi variés que l’agro-alimentaire, la métallurgie, l’habitat social, l’industrie extractive…, et dont les investissements projetés créeront environ 3000 nouveaux emplois,
apprend-on, ont la particularité d’être les premières bénéficiaires de la loi du 18 avril 2013 portant incitations à l’investissement privé au Cameroun.
Pour rappel, cette loi, qui a pour objectif d’encourager les investissements du secteur privé dans le pays, consacre un seul régime d’agrément à travers lequel il est accordé aux entreprises, dans les phases d’installation et d’exploitation, des incitations communes d’ordre fiscal, douanier, financier et administratif, ainsi que des incitations spécifiques pour des investissements permettant d’atteindre les objectifs prioritaires définies par le pays. A compter de la phase d’installation desdites entreprises, Ces incitations s’étendent sur une période allant de 5 à 10 ans, selon les cas.
De manière générale, sont éligibles aux mesures incitatives de la loi du 18 avril 2013, explicite l’article 4 du texte, les entreprises qui satisfont aux conditions suivantes : «la création d’emplois permanents pour les Camerounais à concurrence d’un emploi au moins par tranche allant de cinq (05) millions francs Cfa à vingt-cinq (25) millions de francs Cfa d’investissements programmés selon le cas ; une activité annuelle d’exportations à concurrence de 10 à 25 % du chiffre d’affaires hors taxes ; l’utilisation des ressources naturelles nationales à concurrence de 10 à 25 % de la valeur des intrants ; la contribution à la valeur ajoutée à concurrence de 10 à 30 % du chiffre d’affaires hors taxes». 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire