9.30.2014

Camtel, quatrième opérateur de Téléphonie mobile

Par J.B KETCHATENG, Cameroon Tribune, 29-09-2014
Une autorisation d’entrer sur le marché a été attribuée à CAMTEL vendredi dernier.
camtel-marcherLe ministre des Postes et Télécommunications (MINPOSTEL) a officiellement annoncé vendredi dernier à Yaoundé l’attribution de la quatrième licence de téléphonie mobile à la Cameroon Telecommunications (CAMTEL). Jean-Pierre Biyiti bi Essam a, par ailleurs procédé à la signature des documents qui matérialisent cette autorisation, avec le président du conseil d’administration de la CAMTEL, Victor Mukete.
Cette décision devra cependant recevoir par la suite, le contreseing du ministre des Finances, a précisé le ministre Biyiti bi Essam. La question du ticket d’entrée sur le marché dont doit s’acquitter le nouvel opérateur n’étant pas encore, en effet, réglée.
En attendant, le PCA de CAMTEL a souligné que la future compagnie du mobile que l’entreprise va mettre en place sera différente dans son appréhension de l’activité. Dès lors qu’elle se souciera de desservir des zones qui attirent peu la concurrence. De manière à mieux couvrir le territoire national. A cet égard, les pouvoirs publics attendent bien plus de CAMTEL qui joue un « rôle particulièrement important », a expliqué le ministre des Postes et Télécommunications. Le bénéficiaire de la licence nouvelle dispose déjà d’avantages monopolistiques comme celui de l’exclusivité du réseau de téléphone fixe, des liaisons interurbaines et de la gestion des points d’atterrissage de la fibre optique…
Pour le MINPOSTEL, c’est donc « une responsabilité nouvelle » qui va échoir à la compagnie nationale qu’il qualifie de « pièce essentielle pour l’harmonie et le dynamisme du secteur ». Pour l’assumer de façon convenable, il a annoncé que l’Agence de Régulation des télécommunications (ART) veillera à ce que tous les sous-segments gérés de manière exclusive par la CAMTEL fonctionnent correctement pour le développement continu d’un secteur « hautement concurrentiel ».
Toutefois, interrogé sur la possibilité de disposer de la 4G (qui permet de fournir du très haut débit d’Internet), Jean-Pierre Biyiti bi Essam n’a pas précisé le type de technologies que la nouvelle licence pourrait autoriser d’introduire sur le marché. Les mois à venir, qui verront la renégociation des licences (de 15 ans) attribuées aux prédécesseurs de CAMTEL sur le mobile devraient donner à mieux apprécier les possibilités offertes aux quatre sociétés désormais en compétition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire