8.08.2014

Accord pour un nouveau modèle de partenariat Etats-Unis - Afrique

Par BADJANG ba NKEN, Cameroon Tribune, 07-08-2014
paul-biya-a-washingtonC’est la principale conclusion qui se dégage de la rencontre au sommet à laquelle a pris part le président Paul Biya mercredi dans la capitale américaine.
Soucieux de mettre sur pied un nouveau modèle de partenariat entre les Etats-Unis et l’Afrique qu’il considère comme l’une des régions les plus dynamiques au monde ,
Barack Obama a convié une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement africains à un sommet qui se tient depuis lundi à Washington, D.C. Seuls les présidents du Soudan, du Zimbabwe et le Premier ministre de l’Erythrée n’ont pas été invités à ces assises. Quant aux chefs d’Etat du Liberia et de Sierra Leone, ils n’ont pas effectué le déplacement des Etats-Unis en raison du fait que leurs pays respectifs sont confrontés à l’épidémie d’Ebola. La journée d’hier, la troisième du sommet, était consacrée à un échange interactif entre le président Barack Obama et ses hôtes dans l’une des prestigieuses salles du Département d’Etat.
Il était 10h55mn à Washington, D.C, 15h55mn à Yaoundé lorsque le président Paul Biya, d’un pas alerte, a fait son entrée dans la salle des cérémonies, soit cinq minutes avant le chef de l’Exécutif américain qui a personnellement conduit les travaux. Paul Biya était assisté d’une suite composée de : Pierre Moukoko Mbonjo, ministre des Relations extérieures ; Martin Belinga Eboutou, ministre directeur de Cabinet civil, Louis Paul Motaze, secrétaire général des Services du Premier ministre, Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire ; Emmanuel Bondé, ministre des Mines de l’Industrie et du Développement technologique ; Issa Tchiroma Bakary, ministre de la Communication, Paul Atanga Nji, ministre chargé de Mission à la présidence de la République.
Introduisant les débats, Barack Obama a relevé pour s’en féliciter, qu’une nouvelle Afrique est en cours d’émergence, en dépit de nombreux défis politiques, économiques, sociaux et culturels auxquels elle est confrontée. Compte tenu de cette nouvelle donne, le président Barack Obama a plaidé pour la mise sur pied d’un nouveau modèle de partenariat entre les Etats-Unis et l’Afrique. Un partenariat sur une base d’égalité avec une Afrique capable non seulement de résoudre ses problèmes mais aussi de se développer rapidement. C’est pour permettre à ce continent de parvenir à ce stade que le sommet en cours a été convoqué a déclaré Barack Obama.
Engagements et action
A ses hôtes, le président des Etats-Unis d’Amérique a notamment proposé l’élargissement des échanges commerciaux pour créer des emplois, l’amélioration de la gouvernance dont dépendent la croissance économique et la mise sur pied d’une société libre ; ainsi que l’’intensification de la formation des jeunes qui sont appelés à assurer la relève. L’Afrique étant confrontée à d’importants problèmes de paix et de sécurité qui minent son développement, le président américain a proposé aux chefs d’Etat et de gouvernement africains le renforcement de la coopération en matière de sécurité, et s’est engagé à soutenir les efforts visant à combattre le terrorisme et toutes formes de menaces transnationales. Pour conclure, l’hôte du sommet de Washington a précisé que ces assises n’ont pas seulement pour objectif de prendre des engagements, mais aussi et surtout de passer à l’action. L’objectif pour nous étant a-t-il déclaré « d’offrir à nos concitoyens plus de prospérité, plus de sécurité et plus de justice ».
Avant la photo de famille qui a mis un terme à la première partie des travaux, le président Mohamed Abdulaziz de Mauritanie a, en sa qualité de président en exercice de l’Union africaine, remercié Barack Obama pour cette initiative qui va contribuer au renforcement du partenariat Etats-Unis Afrique et permettre à ce continent de faire face aux défis auxquels il est confronté et dont les moindres ne sont pas les conflits armés et les menaces terroristes, l’insuffisance quantitative et qualitative des infrastructures de communication, les épidémies, la formation des jeunes et l’autonomisation des femmes.
Au terme du déjeuner qui a suivi la photo de famille, les débats ont été engagés dans trois sessions sur les thèmes : Investir dans l’avenir de l’Afrique, Paix et stabilité régionale, Gouverner pour la prochaine génération. Le président Paul Biya qui a assisté de bout en bout à cette rencontre au sommet a participé aux débats à huis clos. A 16h45mn heure locale, 21h45mn à Yaoundé, le chef de l’Etat a fait une intervention forte de quatre minutes dans laquelle il a notamment relevé que l’avenir de l’Afrique passe par la paix et la stabilité et que Boko Haram qui est une nébuleuse transnationale constitue une menace pour le continent. Face à cette situation a-t-il ajouté, il a pris des mesures appropriées pour endiguer ce mal, car la paix est une condition sine qua non pour tout développement. Selon des sources concordantes, il s’est dégagé au terme de 7 heures de travaux un large consensus pour la mise sur pied d’un nouveau modèle de partenariat mutuellement bénéfique entre les Etats-Unis et l’Afrique Rappelons qu’avant-hier dans la soirée, le chef de l’Etat qu’accompagnait son épouse, Chantal Biya, a honoré de sa présence le dîner offert en l’honneur des chefs d’Etat et de gouvernement d’Afrique par Barack et Michelle Obama à la Maison Blanche.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire