8.09.2014

100 milliards d’investissements en vue pour Education et Santé en Afrique

premieres-dames-sommet-usa-afriquePar Yvette MBASSI, Cameroon Tribune, 08-08-2014
L’annonce a été faite mercredi à Washington, dans le cadre du Symposium des premières dames.
Le Symposium des premières dames africaines et américaine organisé dans la capitale fédérale des Etats-Unis, le 6 août dernier, par Michelle Obama en partenariat avec Laura Bush, s’est achevé sur de bonnes perspectives pour le continent.
En effet, le total des investissements financiers annoncés pour soutenir les programmes relatifs à l’éducation, la santé et des opportunités économiques concernant plus d’un million de personnes à travers l’Afrique, culmine à plus de 200 millions de dollars américains. Environ 100 milliards de F.
Au premier rang de ces investissements, le Plan d’urgence du président pour la lutte contre le Sida (Pepfar). En partenariat avec l’organisation caritative britannique Children’s Investment Fund Foundation, le Pepfar mettra en œuvre un projet visant la facilitation de l’accès des traitements contre le Hiv/Sida aux enfants. Le programme a l’ambition de doubler dans les deux prochaines années le nombre d’enfants recevant des antirétroviraux dans dix pays prioritaires du continent.
Le Programme d’entrepreneuriat des femmes africaines (Awep), la Fondation Caterpillar, Intel, Usaid, la Fondation MasterCard, Walmart, Pink Ribbon Red Ribbon, la Bush Institute et bien d’autres organisations ont également annoncé leur expansion dans de nouvelles initiatives. Celles-ci sont aussi diverses que variées. Elles portent entre autres sur le soutien aux femmes à créer des activités génératrices de revenus afin d’endiguer la pauvreté, l’accès aux nouvelles technologies. Les bourses d’études aux filles et femmes dans les domaines scientifiques, la formation dans de nouvelles techniques agricoles plus productives aussi.
Les assises de mercredi dernier ont également permis aux premières dames africaines de s’imprégner des différentes possibilités offertes par certaines organisations. D’abord la « First Ladies Initiative ». Le programme mis en œuvre par la Bush Institute’s Women’s Initiative œuvre pour la formation des hauts responsables des cabinets des épouses des chefs d’Etat dans différents domaines. Gouvernance, planning stratégique, communication, connexion des premières dames avec des partenaires financiers et autres fonds. La Pink Ribbon Red Ribbon a, elle, été présentée comme l’initiatrice d’un partenariat public-privé catalysant les efforts de la communauté mondiale à réduire les décès dus au cancer du col de l’utérus et du sein. En Afrique sub-saharienne et en Amérique latine principalement. Les opérations de l’organisation en la matière intègrent la prévention, la sensibilisation des populations féminines à se faire dépister précocement ou vacciner contre le papillomavirus, la promotion des traitements appropriés dans les structures de santé existantes sur le continent.
C’est avec beaucoup d’intérêt que la première dame, Chantal Biya, a suivi ces différentes présentations et pris des notes. Réfléchissant déjà certainement au moyen d’en tirer les plus grands bénéfices pour ses œuvres caritatives, les femmes et les filles camerounaises, ainsi que les enfants malades et autres personnes vulnérables qui font partie de ses préoccupations au quotidien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire