7.31.2014

Un plan d’urgence triennal du gouvernement en gestation

Par Jean Francis BELIBI, Cameroon Tribune, 29-07-2014
Il va s’occuper de secteurs aussi variés que la sécurité des grandes villes, l’eau, l’énergie, les routes, l’agriculture et l’élevage …
«Définir les orientations stratégiques à suivre par les administrations et structures sectorielles compétentes dans les cadre de la mise en œuvre des volets sus-indiqués ; identifier et arrêter les projets spécifiques à réaliser, leur implantation géographique, en cohérence avec les volets sectoriels sus-indiqués
; coordonner les interventions et actions de toutes les entités publiques et privées impliquées dans la mise en œuvre du plan d’urgence triennal du gouvernement ; conduire les négociations avec les partenaires techniques et financiers du gouvernement, en vue de la mobilisation des fonds nécessaires à la mise en œuvre du plan d’urgence mentionné ci-dessus, en liaison avec les administrations compétentes ; valider les plans de financement des projets identifiés ; sélectionner les petites et moyennes entreprises (PME) camerounaises éligibles à la mise en œuvre du plan d’urgence, sur la base des critères objectifs … » Ce sont là certaines des principales missions assignées au Comité technique bilatéral de mise en œuvre et de suivi du plan d’urgence gouvernemental créé par décret du Premier ministre, chef du gouvernement le 21 juillet dernier. La structure se veut une haute instance stratégique de mise en œuvre et de suivi de l’exécution des actions prioritaires retenues dans des volets sectoriels  aussi variés que la sécurité des grandes villes, l’aménagement urbain, la santé, l’agriculture et l’élevage, les routes, l’énergie, l’eau… Premier constat, la structure est élargie aux institutions financières et bancaires privées installées au Cameroun et à l’étranger. Sept responsables de ces établissements bancaires sont d’ailleurs membres du comité de coordination et de suivi. L’un d’eux sera d’ailleurs appelé à en assurer la vice-présidence. De même qu’un autre sera le coordonnateur adjoint du secrétariat technique du Comité.
Placé sous la présidence du secrétaire général des services du Premier ministre, le comité technique, qui comprend, par ailleurs, comme membres des chefs de départements ministériels dans les domaines signalés plus haut, est créé pour une durée de trois ans. Un délai qui peut être prorogé si la nécessité se faisait néanmoins sentir. Le comité technique est appelé à se réunir tous les trois mois pour une évaluation des projets arrêtés et exécutés sur le terrain. Dans le cadre de son fonctionnement, il bénéficie de l’appui d’un secrétariat technique. Structure opérationnelle, le secrétariat technique est chargé du suivi du niveau d’exécution du plan d’urgence tel qu’arrêté par le comité technique et validé par le Premier ministre, chef du gouvernement. Le comité technique bilatéral de mise en œuvre et de suivi de l’exécution des missions prioritaires adresse un rapport annuel de ses activités au Premier ministre qui le soumet au président de la République.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire