7.31.2014

Pme, les bons tuyaux de la Bourse de sous-traitance

Par Steve LIBAM, Cameroon Tribune, 30-07-2014

Un atelier d’information sur les opportunités industrielles organisé depuis ce 30 juillet.
L’objectif principal de l’atelier, tenu notamment tenu en présence du Sg du ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat, est d‘informer et de sensibiliser les Pme sur les opportunités de sous-traitance. Il s’agit de leur présenter les conditions d’accès au marché de la sous-traitance et ce, pour une optimisation d’une mise en relation collective et collaborative entre la cellule d’appui du projet et les Pme adhérentes à la Bstp,
une harmonisation du marché local de la sous-traitance et le renforcement de la base de données informatique et analytique de la Bstp en termes de demande nationale en sous-traitance industrielle.
Selon Nana Ngongang, directeur de la maintenance à la Sonara, les industries sous-traitent dans 35% des cas afin de se recentrer sur leur cœur de métier où se trouve la valeur ajoutée et dans 65% des cas pour réduire leurs coûts de production.
Cependant, très peu de grandes entreprises respectent l’obligation de recourir à la sous-traitance pour 30% au moins des travaux et services en phase d’installation du projet, sous prétexte de la non fiabilité des Pme. Pourtant, des opportunités existent pour les Pme.
Selon le Dr Fansi, Dg de Cible RH, si cette obligation légale était respectée, ça serait un marché de 3.800 milliards de F à la portée des Pme, rien qu’en tenant compte des projets structurants. Aussi, pour une sous-traitance durable au Cameroun, il faudrait entre autres, selon lui, que les receveurs d’ordres respectent l’environnement réglementaire et administratif et garantissent les conditions définies par le donneur d’ordre. Quant à ces derniers ils doivent afficher une réelle volonté de développer la sous-traitance en communiquant davantage sur les opportunités, en assurant le transfert de technologies et en respectant de concéder 30% des travaux.
Enfin, l’Etat doit de son côté mettre en place des mécanismes de financement et de formation adaptés pour les Pme et rendre plus flexible le code du travail pour l’adapter à la sous-traitance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire