6.11.2014

Des élues africaines en formation sur la Décentralisation

Des dirigeantes locales sont réunies à Yaoundé depuis mardi pour améliorer leur leadership.
« Vous n’aurez pas besoin de vous battre ! » En cette phrase dite hors du texte de son discours officiel, Jules Doret Ndongo, le ministre délégué auprès du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, chargé des Collectivités territoriales décentralisées, a résumé l’intérêt et la justification de la formation ouverte mardi à Yaoundé à l’intention de femmes élues locales du Cameroun et d’ailleurs en Afrique.
Le ministre répondait ainsi à une oratrice qui a estimé peu avant lui que ses collègues devaient résolument aller à la conquête du pouvoir auquel la décentralisation actuelle leur ouvre la voie.
D’où l’idée de les réunir pour les équiper davantage des connaissances nécessaires pour ce faire. Ce qui est, a rappelé M. Ndongo, l’ambition et la politique des pouvoirs publics. Le choix en la matière est celui de promouvoir une égalité des sexes conformément au plan gouvernemental. Se référant au Document de stratégie pour la croissance et l’emploi, il a même précisé que l’éclosion des femmes dans la gouvernance est une « orientation majeure » prescrite par la première des autorités camerounaises.
L’initiative de formation qui s’achève ce matin s’inscrit donc dans le sillage des décisions prises même en dehors du cadre de l’Etat et qui ont permis de doubler le nombre de femmes élues dans les assemblées politiques nationales et locales. Même s’il reste constant, concèdera le ministre, que les femmes demeurent une catégorie sociale qui doit être mieux représentée dans les instances de décision qui gèrent la cité notamment au plan local.>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire