5.05.2014

Cameroun - FMI, la mission Zamaroczy à l’Assemblée nationale

Par Francis Belibi, Cameroon Tribune, 05-05-2014
La situation financière du Cameroun au menu des échanges avec la Commission des Finances et du Budget.
Comment mieux asseoir le contrôle parlementaire dans le processus de l’élaboration, de l’adoption et de l’exécution du budget de l’Etat. C’était le principal objectif de la rencontre vendredi dernier au palais de Verre de Ngoa-Ekellé, entre la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale et la mission conjointe FMI-BAD, conduite dans notre pays par M. Mario de Zamaroczy.
« Nous sommes venus à l’Assemblée nationale pour parler de la situation économique du pays en général, mais très rapidement, nous nous sommes penchés sur le processus des finances publiques et le budget de l’Etat », a indiqué le chef de mission qui a émis le voeu de voir les députés mieux impliqués dans le processus de contrôle de la chaîne budgétaire. Car pour Mario de Zamaroczy, le budget 2014, comme les précédents, pose quelques problèmes au niveau de l’équilibre entre les recettes et les dépenses. D’où la nécessité pour lui, de voir les autorités camerounaises adopter la formule de la loi de finances rectificative, procédure prévue dans les mécanismes financiers de notre pays, notamment la loi n°2007/006 du 26 décembre 2007 portant régime financier de l’Etat. Et qui devrait permettre d’avoir des lois de finances équilibrées.
S’il s’est félicité du niveau d’endettement relativement bas du pays, soit 24 à 25% du produit intérieur brut (Pib), le chef de la mission FMI-BAD a indiqué que les prévisions en la matière pour le Cameroun ne sont pas bonnes. D’où la nécessité, selon le représentant du FMI de la désignation du rapporteur général pour les recettes et des rapporteurs spéciaux chargés des dépenses publiques. L’application de cette disposition légale est envisagée, a assuré la présidente de la Commission des Finances et du Budget. Mais pour Rosette Julienne Moutymbo,épouse Ayayi, il faut au préalable procéder à un renforcement des capacités des membres de la Commission et des cadres de l’Assemblée nationale venant en appui à celle-ci. Des opportunités en la matière ont été présentées par la mission conjointe.>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire