4.19.2014

Technologie 3G: vers une prorogation de l’exclusivité

Par Jocelyne NDOUYOU, Cameroon Tribune, 18-04-2014
Viettel, le troisième opérateur souhaiterait que son privilège soit maintenu, à cause de son retard au démarrage.
Selon certaines indiscrétions, Viettel Cameroun, concessionnaire de la troisième licence de téléphonie mobile au Cameroun, souhaiterait que l’exclusivité qui lui a été accordée pour l’exploitation de la technologie de troisième génération (3G) soit prorogée. En effet, l’opérateur solliciterait que les deux années soit décomptée à partir du lancement effectif de ses activités, programmé pour septembre 2014, après plusieurs reports. Toutefois aucune source officielle chez Viettel n’a souhaité confirmer l’introduction de cette requête.

Au ministère des Postes et Télécommunications (Minpostel), on dit n’avoir rien de tel. « Même si ce dossier  été transmis à la présidence de la République, il n’a pas été quotté au ministère », indique une source. Toutefois, de l’avis de Jean-Pierre Biyiti bi Essam, ce serait une requête logique. « D’une manière générale, la question de l’exclusivité est une question qui relève en l’occurrence de la régulation du secteur. Certes le secteur des télécommunications est libéralisé, mais la libéralisation a besoin de garde-fou. On ne peut aller d’un coup à une libéralisation totale et entière parce que ça sera la loi de la jungle. Les grands vont manger les petits et les consommateurs vont trinquer », soulignait le Minpostel lors d’une conférence de presse dans le cadre de la Foire internationale pour le développement de Douala. Pour lui, c’est ce qui explique pourquoi le Cameroun a privilégié le troisième opérateur de téléphonie mobile, après avoir accueilli deux autres pendant près d’une quinzaine d’années, le temps qu’il leur a fallu pour se développer. « Pour qu’un autre opérateur entre dans le marché et résiste à l’assaut qui lui sera jeté, il lui faut certaines facilités », a-t-il lancé.
Mais d’avis d’observateurs, cette exclusivité n’est effective que sur le papier, dans la mesure où la 3G est déjà disponible au Cameroun. « Sans cette technologie, le réseau CTphone n’aurait pas pu se mettre en place. Tous les services que les opérateurs de téléphonie mobile offrent à leurs clients, notamment internet mobile, ne seraient pas possibles non plus », indique une source.   
Pour mémoire, c’est le 10 décembre 2012 que le Minpostel, via un communiqué, avait annoncé l’arrivée de Viettel (70% Viettel Global JSC, basée à Hanoi au Vietnam, et 30% de Bestinver Cameroon, appartenant à Ahmadou Danpoullo, homme d’affaires camerounais) dans l’univers de la téléphonie mobile au Cameroun.>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire