4.16.2014

Le Cameroun déclaré éligible aux financements de la BIRD

Le  Cameroun déclaré éligible aux financements de la BIRDDans un communiqué qu’il vient de rendre public, le ministre camerounais de l’Economie, Emmanuel Nganou Djoumessi, annonce qu’à «l’issue d’une réunion du comité de crédit de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), le Cameroun vient d’être déclaré éligible aux ressources» de cet autre guichet du groupe de la Banque mondiale. Selon ce membre du gouvernement camerounais, cette éligibilité de l’Etat du Cameroun aux financements de la BIRD «vient confirmer la solidité de ses fondamentaux macro-économiques».

En rappel, c’est en octobre 2013, au cours des assemblées générales du FMI et de la Banque mondiale à Washington, que l’Etat camerounais avait manifesté son vœu de pouvoir désormais bénéficier des financements de la BIRD. A la suite de cette requête des autorités camerounaises, une mission de la Banque mondiale conduite par Véronique Kessler, économiste principale à la BM, avait séjourné au Cameroun en novembre 2013, afin de tabler sur une éventuelle éligibilité du pays au guichet de la BIRD.
C’est le second guichet de financements du groupe de la Banque mondiale qui s’ouvre ainsi à l’Etat camerounais, après le guichet IDA (Association internationale de développement). A la seule différence que les crédits IDA sont octroyés à des taux concessionnels (généralement inférieurs à 1%), tandis que les crédits de la BIRD sont non concessionnels, mais sont également remboursables sur le long terme.
Dans tous ses derniers rapports sur l’économie camerounaise, le Fonds monétaire international (FMI) a toujours fustigé l’abondance de prêts à des taux non concessionnels dans le portefeuille d’endettement de l’Etat, avec notamment le recours au marché des capitaux depuis fin 2010. Cet endettement à des taux non concessionnels va certainement s’alourdir avec l’ouverture au Cameroun du guichet de la BIRD.
En réaction à ces observations du FMI, le gouvernement camerounais a toujours expliqué son recours à ce type de financements, en lieu et place des prêts concessionnels des institutions financières internationales, par le dessein de maîtriser son endettement et, surtout, la flexibilité des conditionnalités qu’offre le marché des capitaux. Par ailleurs, l’Etat camerounais se prévaut actuellement d’un ratio endettement-PIB qui culmine à 18% seulement, alors que la norme admise dans la zone CEMAC est de 70%. Ce qui témoigne de la soutenabilité de l’endettement du Cameroun, et lui laisse encore une marge de manœuvre très importante pour contracter de nouvelles dettes.
Source: http://www.investiraucameroun.com/gestion-publique/1404-5227-le-cameroun-declare-eligible-aux-financements-de-la-bird

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire